Autoblog du Hollandais Volant

Ce site n'est pas le site officiel lehollandaisvolant.net.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de lehollandaisvolant.net

Copyreich : sites fermés et auteurs arrêtés

Fri, 27 May 2016 15:27:18 +0200 - (source)

Le site Planet-Series a été fermé et les auteurs arrêtés. Ils risquent la prison et jusqu’à 500 000 € d’amende.

Quand il s’agit de protéger les intérêts privés des magnats du Copyreich, il y a du monde : police, justice, associations d’ayant-droits, coopération internationale… Tout ça marche bien pour fermer les sites définitivement et mettre les auteurs derrière les barreaux.

Par contre, pour protéger physiquement les citoyens du terrorisme on préfère fliquer tout le monde, instaurer un blocage DNS foireux et extensible administrativement (lire : sans juge et sans preuves), mettre tout le monde sur écoute. Par contre on n’entend toujours pas parler de raids policiers contre ceux qui tiennent le site ou contre les serveurs histoire de les mettre hors ligne une bonne fois pour toute.

J’en ai déjà parlé, je sais, mais c’est lassant.
D’autant plus que les sites de téléchargement illégaux disparaîtraient rapidement s’il y avait une offre légal potable… Mais non, investir n’est pas leur but. Attaquer tout ce qui bouge et bouffer le fric sur le dos des gens, y compris des innocents (taxe copie privée), voilà ce qu’ils font.


Code des pirates

Tue, 24 May 2016 18:29:50 +0200 - (source)

Les pirates, dans le sens des collègues de Jack Sparrow Capitaine Jack Sparrow (pas ceux qui partagent des films sur le net) avaient également un « code » de conduite, appelé le « Code des Pirates ».
Ils sont mentionnés à plusieurs reprises dans les films Pirates des Caraïbes. À un moment on voit le gardien du code apporter un énorme livre censé représenter le code.

En vrai, le code des pirates est bien plus succins : une dizaine de règles tenant en une dizaine de phrases.
En fait, on devrait dire « les codes des Pirates », car selon Wiki chaque capitaine avait un peu son propre code.

On peut les lire et on y note certaines choses intéressantes.

Voici par exemple le code des Pirates de Bartholomew :

  1. Chaque pirate pourra donner sa voix dans les affaires d'importances et aura un pouvoir de se servir quand il voudra des provisions et des liqueurs fortes nouvellement prises, à moins que la disette n'oblige le public d'en disposer autrement, la décision étant prise par vote.
  2. Les pirates iront tour à tour, suivant la liste qui en sera faite, à bord des prises et recevront pour récompense, outre leur portion ordinaire de butin : une chemise de toile. Mais, s'ils cherchent à dérober à la compagnie de l'argenterie, des bijoux ou de l'argent d'une valeur d'un dollar, ils seront abandonnés sur une île déserte. Si un homme en vole un autre, on lui coupera le nez et les oreilles et on le déposera à terre en quelques endroits inhabités et déserts.
  3. Il est interdit de jouer de l'argent aux dés ou aux cartes.
  4. Les lumières et les chandelles doivent être éteintes à huit heures du soir. Ceux qui veulent boire, passé cette heure, doivent rester sur le pont sans lumière.
  5. Les hommes doivent avoir leur fusil, leur sabre et leurs pistolets toujours propres et en état de marche.
  6. La présence de jeunes garçons ou de femmes est interdite. Celui que l'on trouvera en train de séduire une personne de l'autre sexe et de la faire naviguer déguisée sera puni de mort.
  7. Quiconque déserterait le navire ou son poste d'équipage pendant un combat serait puni de mort ou abandonné sur une île déserte.
  8. Personne ne doit frapper quelqu'un d'autre à bord du navire ; les querelles seront vidées à terre de la manière qui suit, à l'épée ou au pistolet. Les hommes étant préalablement placés dos à dos feront volte-face au commandement du quartier-maître et feront feu aussitôt. Si l'un d'eux ne tire pas, le quartier-maître fera tomber son arme. Si tous deux manquent leur cible, ils prendront leur sabre et celui qui fait couler le sang le premier sera déclaré vainqueur.
  9. Nul ne parlera de changer de vie avant que la part de chacun ait atteint 1000 livres. Celui qui devient infirme ou perd un membre en service recevra 800 pièces de huit sur la caisse commune et, en cas de blessure moins grave, touchera une somme proportionnelle.
  10. Le capitaine et le quartier-maître recevront chacun deux parts de butin, le canonnier et le maître d'équipage, une part et demie, les autres officiers une part et un quart, les flibustiers une part chacun.
  11. Les musiciens auront le droit de se reposer le jour du sabbat. Les autres jours de repos ne leur seront accordés que par faveur.

Voyons quelques règles. L’avant dernière, pour commencer :

Le capitaine et le quartier-maître recevront chacun deux parts de butin, le canonnier et le maître d'équipage, une part et demie, les autres officiers une part et un quart, les flibustiers une part chacun.

C’est assez intéressant, alors que beaucoup de monde aujourd’hui réclame un plafonnement des salaires, c’est à dire que l’écart entre le salaire le plus bas et le plus haut ne peut excéder un certain facteur, comme 20 ou 100. Augmenter le salaire le plus haut contraindrait l’employeur à augmenter aussi les salaires les plus bas, ce qui me semble une bonne idée en soi quand-même.
Ceci est à mettre en perspective avec le fait qu’aujourd’hui les salaires les plus haut sont autour de 100 fois (France) et 300 fois (USA) plus gros que les salaires les plus bas…

À noter qu’on retrouve cette règle dans les codes des autres capitaines également, variant parfois légèrement.
Celui de Morgan mentionne que le coût des expéditions (nourriture, entretient des bateau) sont pris sur le butin collectif ; sous entendu avant le partage..

D’autres textes, comme le code du Capitaine John Phillips mentionne ça :

Si un homme perd une articulation alors qu’il est en service, il recevra 400 pièces de huit. Pour un membre, 800.

Ça paraît assez grossier, mais ce n’est pas différent d’un système d’assurances maladie, financé sur le pot commun.
On peut alors supposer que pour se retrouver avec une part plus importante du butin, il vaut mieux se protéger les uns les autres pour éviter de se retrouver à payer une compensation pour l’équipier qu’on aurait laissé tomber.

D’une façon générale, une chose intéressante est à voir ici que même les crapules ont un code de conduite avec un minimum d’éthique. Certes, c’est destiné à avoir un peu d’ordre dans le déroulement d’opérations criminelles, mais c’est tout de même à noter (et certaines règles, comme le plafonnement des salaires manquent cruellement au code du travail à mon goût).

Tout ça rejoint vaguement mon avis à propos du sabre-laser : même si une arme à feu est plus efficace sur tous les plans, il y aura toujours l‘honneur et le fait de se battre « comme un homme », c’est à dire à mains nues en duel.
Je pense qu’on s’accordera à dire que bon nombre de films auraient un scénario bien plus pauvre si les héros commençaient par abattre froidement à distance les antagonistes et à ne plus se poser de questions, alors que Hollywood préfère plutôt mettre les armes de côté et prévoir une demi-heure de baston dans le film (un exemple récent pour moi serait les Expendables 2, où c’est exactement ce qui se passe à la fin).


Ces icônes qui vieillissent

Thu, 19 May 2016 22:04:29 +0200 - (source)

L’apparition des interfaces graphiques sur les ordinateurs et leur utilisation à la place des interfaces textuelles a eu une conséquence : l’usage d’icônes au lieu de mots pour représenter une action sur un écran. On clique en effet sur l’icône d’un haut-parleur pour gérer le son, et non pas sur un bouton inscrit de « gestion du son ».

Choisir une icône relève d’un important travail : comment faire en sorte que le dessin d’une icône soit bien représentative de l’action qui lui est associée ?
Pour l’icône du son, par exemple : ce que l’icône représente n’est en fait qu’une partie généralement cachée d’une enceinte, le haut-parleur, justement. Pourtant il est communément accepté aujourd’hui.

Ce travail n’est pas simple du tout, mais ici je vais parler d’un autre problème : les icônes qui vieillissent.

Par exemple, l’icône aujourd’hui très répandue pour l’action « enregistrer » est une disquette :

i
Questions :

Je pense que la majorité d’entre vous répondront « oui » aux deux premières questions (quoi que : si vous avez moins de 15-20 ans, ce n’est peut-être même pas sûr). Je suis même persuadé qu’une partie en a chez lui (c’est également mon cas). En revanche, je suis sûr qu’une vaste majorité n’utilise plus de disquettes du tout depuis au moins plusieurs années.

Alors comment se fait-il que tout le monde connaisse cette icône, alors qu’une portion grandissante des utilisateurs n’ont jamais utilisé de disquettes et même jamais vu ?
J’ai bien une idée de la réponse : c’est parce que « c’est comme ça ». On vous a dit que c’était le bouton pour sauver votre travail et depuis vous savez que c’est ça, que ce soit sur un jeu vidéo, sur l’ordi, la tablette, le téléphone…

Juste pour info, voilà une photo de quelques disquettes 3½ pouces :

des disquettes 3½ pouces
Comme c’est inscrit dessus, la capacité des disquettes est de 1,44 Mo. Oui, méga-octets. Leur taux de transfert maximal est de 62,5 ko/s. Et celles là sont des disquettes « hautes capacité », les dernières produites (avant il y en avait d’autres : plus grandes, plus lentes, moins capacitives).

L’icône de la disquette était très explicite il y a 25 ans : la disquette était le support de stockage communément utilisé (comme la clé USB aujourd’hui, ou même le cloud), et signifiait qu’on fixait son travail sur un support physique pour pouvoir la conserver pour plus tard ou pour le partager avec quelqu’un d’autre.

Aujourd’hui, l’enregistrement d’un fichier a toujours le même but, mais à aucun moment n’intervient la disquette. Aussi les applications ont-elle ajoutés des boutons pour être en phase : enregistrement PDF, envoie par e-mail, partage direct sur les réseaux sociaux. Mais le symbole de la disquette est toujours là.

Voici quelques autres icônes qui se retrouvent dans le même cas, à des degrés plus ou moins poussés :

quelques autres icônes
Première ligne :

Seconde ligne :

Certaines icônes tirent leur origines d’objets pratiquement disparus aujourd’hui : le répondeur ou le combiné téléphonique par exemple. Les icônes continuent pourtant d’être très répandus, et même d’être l’icône « standard » pour leur applications propres.
D’autres sont plus faciles à identifier même pour les plus jeunes (email, par exemple) mais là encore, on a tendance à oublier que l’usage de ces objets s’est dévié : le courrier ne sert plus trop pour communiquer entre particuliers (pas dans ma génération en tout cas, et très certainement pas non plus celles à venir).

Et des icônes comme ça, il y en a plein d’autres : une carte routière (pliable), une disque vinyle, une loupe, un poste radio, un carnet de contact… ou même tout simple un dossier pour les fichiers.

Il est probable qu’un jour viendra où tout le monde utilisera encore ces icônes sans avoir la moindre idée de l’existence d’objets matériels à leur effigie.

Plus comique, viendra t-il un jour où on entendra « pourquoi t’as une icône “enregistrer sous” sur ton bureau ? » ou « Bonjour, je cherche des icônes Gmail en papier, vous avez ça ? » ? Ça serait amusant, je trouve.


Mais oui, demandons à Google et Facebook pour nous protéger des terroristes !

Mon, 09 May 2016 20:00:50 +0200 - (source)

Ça y est, Valls et les autres se tournent vers les géants du net pour leur demander de déréférencer les sites terroristes et organiser un contre-discourt anti-djihadistes.

Pourquoi pas, même si dans l’idée, quelque soit le discourt, demander aux gens de diffuser une idéologie par la force (j’imagine qu’au final, les géants du net n’auront pas bien le choix), ça s’appelle de la propagande.

Et sinon, fermer les sites djihadistes et aller chercher et arrêter ceux qui sont derrière, ce n’est toujours pas d’actualité ?

C’est sûr que quand il s’agit de protéger le Copyreich, on sait fermer Megaupload et poursuivre Kim Dotcom.

Mais pour protéger les citoyens, fermer (pas seulement bloquer) un site et mettre en prison ceux qui sont derrière, nan c’est pas possible et on se contente d’un blocage DNS qui ne sert à rien (mais qui offre un potentiel très intéressant pour les gouvernements en manque de pouvoir et de censure dans un monde qui va plus vite qu’eux).

Quand avouerez vous que la sécurité des citoyens, vous vous en foutez.
Quand avouerez vous que votre but (avec l’excuse à la fois du terrorisme et chti'n'enfants), c’est le flicage de masse ?

Je ne suis pas contre une coopération du secteur privée et du secteur public. Au contraire : tout ce qui peut être mis en œuvre devrait être fait. Mais il faudrait premièrement ne pas se tromper d’ennemi : le terrorisme tue moins que les policiers (58 fois plus de chances d’être tué par un policier que par un terroriste, aux USA, alors qu’en France, la police tue une personne par mois, soit environ autant que le terrorisme depuis 2000).

Et deuxièmement, faudrait arrêter de faire semblant de combattre le terrorisme avec des blocages DNS et de la propagande gouvernementale. Le cas Megaupload et même d’autres montre que quand on veut fermer un site et emmerder ceux qui les tiennent, on peut. Même quand ils ailleurs : la coopération internationale fonctionne bien pour ça (et pour Panama aussi, tout le monde s’entend). Faudrait peut-être la faire marcher aussi pour le terrorisme. Ah oui : par contre on n’est pas comme le Copyreich : nous on paye pas les flics pour agir où on veut. Enfin, si, on les paye avec nos impôts… pour recevoir des coups de bâton et des grenades en retour


Les problèmes n’existent que si un député les voit

Mon, 02 May 2016 21:38:06 +0200 - (source)

Ça m’énerve ça : il faut toujours qu’un sénateur ou un député soit face à un problème pour qu’il daigne vouloir faire quelque chose et faire avancer la situation. On avait déjà eu la même chose avec le problème de la publicité sur les e-billets (classé sans suite par Bercy et donc toujours présent à ce jour), ou encore avec ce député qui découvre que tous les réseaux Wi-Fi sont fermés à cause de la Hadopi qu’il a lui-même voté.

À croire qu’il n’y a jamais de problème dans ce pays si un sénateur ne tombe pas par hasard dessus.

Car toi, tes problèmes, tu peux bien les gueuler dans la rue, ils ne changeront rien. Ou si : t’empêcher de gueuler dans la rue.

Vous comprenez maintenant pourquoi je souhaite que les élus soient payés au SMIC ?

Pour qu’ils se rendent compte, eux aussi, comment ça fait de vivre avec 1 141,61 € par mois avec lequel tu dois tout survivre et payer factures, loyer, bouffe, voiture, loisirs, école, enfants et j’en passe. Et qu’ils se bougent le cul pour faire progresser la situation.


À propos de l’ITER et la recherche scientifique

Mon, 02 May 2016 17:48:28 +0200 - (source)

J’avais déjà fait un article, il y a 5 ans, sur l’ITER, le Réacteur Thermonucléaire Expérimental International.
À la lecture d’un article un peu découragé à son propos — le projet faisant face à des problèmes budgétaires — je me décide à refaire un petit point.

L’ITER retardé de nouveau, ça me fait penser à l’histoire du Superconducting Super Colider, un accélérateur de particules absolument immense (beaucoup plus gros que le LHC) que les USA avaient commencé au début des années 1990 mais qui n’a jamais été fini faute d’investissements de la part du congrès Américain.

Rétrospectivement, beaucoup de gens s’accordent à dire que le problème était la communication : les scientifiques derrière le projet, et défendant leur cause devant les politiques, au lieu de vulgariser et faire passer les avantages à investir dans la recherche scientifique, et en particulier sur les retombées économiques plusieurs ordres de magnitude supérieurs aux coûts que ça produirait, avaient jugé convenable de parler du boson de Higgs. Inutile de dire que la découverte d’une particule prédite par le modèle standard de la physique quantique n’est pas le meilleur moyen pour persuader une assemblée de politiciens de lâcher des sou-sous.

Le LHC n’a lui pas été abandonné et son développement a permis au CERN de créer le Web.
Et sans eux, pas Google, pas Facebook, pas Twitter, pas Wikipédia, pas Netflix, pas Youtube, pas Amazon ni toute l’économie monstrueuse qui va avec tout ça : on estime que les inventions faites par et pour le LHC et le Cern génèrent 1 500 fois plus que son coût initial — qui est de 2 € par mois et par européen, juste pour remettre les choses à leur places — et ça, chaque année depuis 20 ans. Sans compter que des accélérateurs plus petits fonctionnent dans les hôpitaux, pour produire des atomes et ions destinées à sauver des vies. C’est loin d’être rien…

Revenons à l’ITER.
Le réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER, si on traduit en anglais) a pour but de voir si la fusion thermonucléaire est envisageable à long terme. Ce n’est pas lui qui va produire l’énergie de demain, il s’agit d’un prototype expérimental.
Si c’est concluant, alors on aura entre les mains la puissance du Soleil, avec une énergie propre avec comme « déchet » un produit utile, propre et rare : de l’hélium (et comme combustible de l’hydrogène, donc de l’eau : soit rien qui nécessite de faire des mines profondes et qui expose les gens à des rayonnements et des produits toxiques).

Bref, l’ITER est très différente d’une centrale nucléaire habituelle (et ne mérite pas du tout les attaques des groupes écolos qui ne savent pas de quoi ils parlent), qui oui, coûte cher, mais dont les retombées sont très prometteuses, voire cruciale pour les siècles à venir.

Sans compter que si ça ne marche pas (ça peut arriver), alors l’investissement n’aura pas été vain non plus : tout comme le LHC, la Nasa, et les autres gros projets, l’ITER a et va mobiliser des ingénieurs et des chercheurs pour répondre à des problèmes. Les solutions pourront et seront alors utilisables et utilisées par d’autres, et pour le bien de tous. Comme j’ai dit : beaucoup d’hôpitaux utilisent des technologies inventées pour le LHC dans le but de sauver des vies ! Pour la Nasa, citons le fait — qui est loin d’être le seul — qu’elle a envoyé des satellites en orbite qui vous permettent d’avoir le GPS, la télé, la météo, et donc de vous protéger en cas de vigilance orage, cyclone ou typhon (ok, pas en France ça).

Et n’oubliez pas : si Einstein, Bohr ou Feynman n’avaient pas été financés par l’argent public, la physique quantique ne serait pas inventée, ce qui signifie donc qu’on n’aurait ni smartphones, ni PC, ni écran-plats, ni CD, ni jeux-vidéos, ni TNT-HD couleur, ni ampoules LED ou écrans LCD, et bien d’autres choses, en particulier dans le domaine médical.

À vous de choisir.


Politique socialiste de mon cul

Fri, 29 Apr 2016 15:04:47 +0200 - (source)

Putain de politique de merde.

Les citoyens lambda qui essayent de gagner de quoi finir leur mois sur internet, on veut les fliquer un maximum pour s’assurer qu’ils payent bien les 1,60 € d’impôts et de cotisations sur les 3,06 € de gagnés.

Par contre, quand les industriels et les politiciens millionnaires sont pris la main dans le sac avec les Panama Papers ou l’affaire Luxleaks, on ne dit rien, on les laisse faire.
Pire, on traîne en justice ceux qui les dénoncent.

Fait chier.


Gouverné par des illettrés de l’informatique

Mon, 25 Apr 2016 17:43:53 +0200 - (source)

Alors que le service des impôts devrait libérer son code source, cette libération de code devrait également être étendue aux autres services administratifs.

Mais c’est sans compter le Sénat, dont certains membres manifestent encore leur incompétence sur les sujets débattus (incompétence qui va pourtant se répercuter sur 65 millions de personnes).

En effet, selon un sénateur :

Transmettre le code source d’un logiciel permet (...) d’accéder aux informations qui régissent ce logiciel, il n’y a plus besoin de le pirater !

Et aussi :

le projet de loi Lemaire permet aux administrations de refuser la diffusion de certains documents administratifs (dont les codes sources) dès lors que leur divulgation porterait atteinte “à la sécurité des systèmes d'information des administrations”. Selon le député Luc Belot, […] il s’agit de protéger la sécurité informatique des administrations.

(source)

Ils n’ont encore rien compris (ou personne leur a expliqué, mais s’ils avaient demandé, on n’en serait pas là).

Ce raisonnement est complètement crétin : c’est pas parce qu’un algo est caché qu’il est sécurisé.
Si une application est mal foutue, ce n’est pas en cacher le code source qui la rendre plus sécurisée. Ça donne l’illusion de sécurité, mais ce n’est justement qu’une illusion.

Prenons un exemple : quand vous avez une porte protégée par un digicode, le clavier du digicode n’est ni protégé par un verrou ni gardé par un policier. Tout le monde y a accès et tout le monde peut essayer de deviner le code. La sécurité du digicode ne réside pas dans le fait que le clavier du digicode soit accessible ou non. La sécurité réside dans le fait que le code secret soit bien secret. C’est tout.

Dans le code de la cryptographie c’est pareil : le logiciel, le formulaire, le code source n’ont pas besoin d’être secrets, si les clés de chiffrements (les mots de passes, si vous préférez) sont suffisamment sécurisées.
En pratique, ces clés de chiffrement sont très longues et très compliquées. Elles sont générées de façon très complexe, en utilisant des variables aléatoires, impossibles à reproduire même en utilisant le même programme dans les mêmes conditions. La sécurité (et la difficulté d’un bon système de chiffrement) réside là : dans l’unicité du mot de passe grâce au caractère l’aléatoire qu’on injecte dans les clés, puis dans le fait que ces clés soit bien secrètes.

La totalité des grands systèmes de chiffrements utilisés partout, que ce soit RSA, AES, et leur implémentations comme TLS (utilisé sur les sites « https » comme celui de votre banque) ou PGP/GPG et bien d’autres, sont en fait open-source et souvent également libres. Ça ne les a jamais empêchés d’être suffisamment forts pour être utilisés à grande échelle (et de continuer à donner beaucoup de fil à retordre à la NSA).

Si vous voulez retenir quelque chose, retenez ça : en sécurité informatique ce n’est pas l’algorithme qu’il faut cacher. Ce sont les clés (mots de passe) qu’il faut cacher.

De la même façon, cacher le code d’un programme utilisé par les administrations ne rendra pas le système moins vulnérable. Au contraire : s’il y a des failles de sécurité dans un programme lisible par des millions de personnes, alors des millions de cerveaux seront plus à même de les déceler que les 4 ou 5 stagiaires qui font les programmes.

ÉDIT : pour répondre à certaines questions dans les commentaires et pour éviter de dévier.
On parle ici de codes sources financés par l’argent public. Il n’est pas admissible que ceux qui payent pour ça n’y aient pas accès. L’État Français ce sont les citoyens, pas une poignée d’élus.

À ce titre, la question (selon moi) à débattre en général n’est pas si on doit libérer le code source, mais plutôt comment s’y prendre.
Le rôle du sénateur c’est justement de dire si oui ou non il veut rendre au peuple ce qui lui revient de droit. Il n’est pas là pour causer technique comme il le fait.
Pour la seconde question, comment s‘y prendre, c’est ensuite le rôle d’experts et d’ingénieurs en informatique de faire le travail, et d’y parvenir.


Consulter les internautes pour chaque projet de loi ?

Thu, 21 Apr 2016 18:12:38 +0200 - (source)

Un député veut que les internautes soient consultés sur chaque projet de loi

C’est une bonne idée d’inclure les citoyens dans le processus parlementaires. Ça se fait d’ailleurs de plus en plus, même si c’est toujours très peu pour l’instant, et encore faut-il que les parlementaires eux-mêmes en tiennent vraiment compte. Car quand ils avaient lancé une consultation sur le libre dans l’administration, l’avis des internautes était absolument sans appel. Mais les élus ont balayé ça d’un revers de la main et ont tout ignoré.

Ensuite, je vois une autre chose.

Pourquoi vote-t-on pour des élus ? Parce qu’inclure chaque citoyen dans le processus de vote des lois était impensable en en 1789. Un référendum sur chaque texte est matériellement impossible : pas assez de papier, de temps, de personnes pour compter les voix… Bref, il était normal, technologiquement, de ne faire qu’un référendum ou vote tous les quelques ans.

Aujourd’hui, on a internet : on peut voter pour un texte en un mouvement de doigt et ça prend 2 secondes.

Et si les gens ont assez de temps pour envoyer 1, 2 ou 3 par SMS pour sauver un guignol de la télé-réalité alors il a assez de temps pour participer à la vie citoyenne et accomplir son devoir civique.
Si il n’a pas envie, c’est son problème, mais qu’il ne vienne pas râler ensuite, c’est tout.
S’il ne sait pas assez de choses pour participer en politique, c’est son problème aussi : dans l’ère de l’information, l’ignorance est un choix, premièrement. Et deuxièmement, on n’a pas besoin d’avoir bac+12 en politique pour savoir si un texte représente soit un avantage pour nous, ou si c’est au contraire un entubage bien profond. Et c’est justement ça la politique : choisir ce qui nous arrange le plus, selon nos idées et nos convictions et c’est la majorité qui aura le dernier mot.

Ce principe de vouloir faire voter tout le monde sur chaque projet de loi, chaque grand texte, c’est l’aboutissement d’internet afin de mettre en place une démocratie. La technologie de notre temps permet de faire participer tout le monde à la vie citoyenne. Ça n’était pas le cas par le passé, ça l’est aujourd’hui.

Il n’y a plus de raisons de rester en république alors qu’on pourrait être en démocratie.


Microsoft, si t’aimes l’open-source…

Wed, 20 Apr 2016 20:09:33 +0200 - (source)

L’UE ne veut pas mettre l’Open-Source en avant pour le format des données « officielles » à destination de tous (dont les citoyens).

L’Europe avait déjà par le passé imposé un format plus ou moins ouvert, au moins gratuit et sans restrictions, avant de faire quelques pas en arrière (notamment sur la définition d’un format « ouvert » qui n’a pas arrêté de changer) pour décider qu’un format de données suffisant soit qu’il fasse partie des recommandations « FRAND », c’est à dire en gros « pas trop cher ». Oui, c’est très vague et loin du gratuit.

On est loin de l’Open-Data, n’est-ce pas ?
Et ça limite l’accès aux données aux seules personnes capables de débourser quelques euros pour pouvoir acheter un logiciel et un système d’exploitation spécifique, ou un droit d’accès au fichier concerné.

Maintenant je m’adresse à Microsoft : Microsoft, toi qui depuis quelques temps déclare ton « amour » au logiciel libre, à l’open-source, au gratuit et à la transparence, alors que tu as toujours méprisé ça par le passé, c’est le moment d’ouvrir ta gueule et de dénoncer cette décision de l’Europe.

Mais je pense que tu ne feras pas ça.
Un format fermé et payant c’est ton modèle. Et si désormais Windows 10 est « gratuit », ton nouveau modèle économique n’est ce pas — justement — des applications à prix accessible sur ton Windows Store ?


Powered by VroumVroumBlog 0.1.32 - RSS Feed
Download config articles