Autoblog de ploum.net

Ce site n'est pas le site officiel de ploum.net.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de ploum.net

Printeurs, l’épopée d’un feuilleton

Fri, 13 Jan 2017 13:50:01 +0000 - (source)

Un soir d’août 2013, je me mis à écrire un début d’histoire qui me trottait dans la tête. Il est toujours difficile de dire d’où proviennent les idées mais peut-être avais-je fait évoluer « Les non-humains », un couple de nouvelles écrites en 2009 et 2012 dont j’avais préparé un tome 3 sans jamais l’achever.

Le thème de mon histoire était assez clair et le titre s’était imposé immédiatement : Printeurs.

Par contre, je n’avais aucun plan, aucune structure. Ma seule volonté était de placer la phrase qui clôturera le second épisode :

« Je suis pauvre mais je sais penser comme une riche. Je vais changer le système. »

Mon défi ? Publier un épisode par semaine et voir où me conduirait l’histoire.

Une nuit de septembre 2013, après 5 épisodes publiés, je me suis retrouvé dans un hôtel du centre-ville de Milan sans inspiration, sans envie de continuer.

Mes doigts se sont mis spontanément à écrire une autre histoire qui balbutiait dans mon cerveau, une histoire inspirée directement par les témoignages de survivants des camps de concentration nord-coréens et la découverte que ces prisonniers produisent des jouets ou des biens bon-marchés vendu en ce moment dans le reste du monde.

Avec ce très violent épisode 6, Printeurs se transforma. D’un feuilleton pulp cyberpunk gentillet, il devint une plongée noire et obscène dans ce que notre monde a de plus repoussant.

Le ton était donné : Printeurs n’allait pas ménager la sensibilité du lecteur.

Sans effort, les deux histoires de Nellio et de 689 continuèrent en parallèle tout en convergeant graduellement.

En cours d’écriture, le personnage d’Eva changea radicalement de finalité. Tout se mettait en place sans planification, sans effort conscient de ma part.

Malheureusement, Printeurs passa plusieurs fois au second plan pour de longs mois. Mais quelques lecteurs acharnés n’hésitaient pas à le réclamer et je voudrais les remercier : demander la suite d’un épisode est la plus belle des récompenses que vous pouviez me faire.

Au final, il m’a fallu 3 ans et demi pour finir les 51 épisodes de Printeurs et mettre un point final aux pérégrinations de Nellio, Eva et 689. J’avoue tirer une certaine fierté d’une particularité involontaire : dans une seule histoire cohérente, Printeurs se paie le luxe d’explorer de manière quasi-exhaustive toutes les interactions possibles entre le corps, la conscience et la technologie.

Terminer Printeurs est également un soulagement. En novembre 2013, en plus de Printeurs, je me suis lancé dans le challenge NaNoWriMo avec pour objectif d’écrire le roman : « L’Écume du temps ».

Les premiers 50.000 mots de ce roman ont bien été écrits mais je n’ai jamais achevé le reste, tiraillé en permanence entre me replonger dans l’Écume du Temps ou dans Printeurs.

J’ai donc décidé d’envoyer cette première version bêta et non-relue de Printeurs à tous ceux qui ont soutenu mon NaNoWrimo. Avec une promesse solennelle : désormais, je vais replonger dans l’Écume du Temps qui est très différent et beaucoup plus structuré que Printeurs.

Dans le courant du mois de janvier, j’enverrai également cette première version de Printeurs au format Epub à ceux qui me soutiennent sur Tipeee. Pour les autres, je vous invite à lire la série sur ce blog, dans l’Epub qui contient les 19 premiers épisodes ou sur Wattpad. Les derniers épisodes seront publiés sur ce blog progressivement.

J’espère que vous aurez autant de plaisir à lire Printeurs que j’en ai eu à l’écrire. Et si vous avez un éditeur dans votre carnet d’adresses, sachez que je serais enchanté de tenir dans mes mains une version papier de ce qu’est devenu et deviendra Printeurs.

Merci pour votre soutien, vos corrections, vos encouragements et…bonne lecture !

 

Photo par Eyesplash.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Le trading est-il éthique ?

Wed, 11 Jan 2017 20:00:10 +0000 - (source)

Comme beaucoup de gens, vous avez probablement un peu d’argent sur un compte d’épargne. Vous râlez que les taux d’intérêt soient si bas, cela ne vous rapporte rien ! Vous pensez également que les traders sont d’ignobles cyniques qui se font des millions sur votre dos, qu’ils sont responsables de la crise.

Moi, en tout cas, j’étais comme cela il n’y a pas si longtemps.

Et je ne me rendais pas compte à quel point ces positions sont bourrées de contradictions.

Le Bitcoin et la monnaie

Passionné par la décentralisation, je découvre un jour de 2010 le projet Bitcoin, qui construit une monnaie décentralisée. Le principe même du projet m’amène à découvrir le rôle complexe des banques dans la création monétaire.

Naïvement, je pensais que les banques prêtaient l’argent des épargnants. En réalité, un emprunt n’étant que la simple écriture d’une somme sur un compte, les banques peuvent prêter presqu’autant d’argent qu’elles le veulent. Elles créent littéralement de l’argent en prêtant. Cette création est cependant régulée par la loi. Au final, les banques doivent garder 1% de l’argent qu’elles prêtent dans leurs coffres.

Cela signifie que si vous mettez 1000€ sur un compte d’épargne, vous autorisez la banque à créer 100.000€ de prêts.

Les banques contrôlent donc l’argent et, par conséquence, le monde !

Le trading

En achetant, avec beaucoup de maladresse, des bitcoins, je découvris également le trading. Comme le nom l’indique, le trading consiste uniquement à acheter ou vendre un bien. Comme dans tout achat, il y’a un vendeur et un acheteur. Les deux sont convaincus de faire une bonne affaire.

Un trader professionnel cherche à acheter lorsqu’il pense que le bien va prendre de la valeur. Il va vendre lorsqu’il pense qu’au contraire les prix vont chuter.

Le fait d’acheter dans le but de revendre ultérieurement est appelé la spéculation.

Vu comme ça, difficile de trouver quoi que ce soit à redire. Si deux personnes souhaitent faire une transaction commerciale de leur plein gré, c’est parfaitement honnête.

Et pour peu que nous ayons de l’argent qui ne nous est pas utile immédiatement, nous allons naturellement spéculer en “plaçant notre argent”. Exiger un taux d’intérêt sur notre compte d’épargne, au fond, n’est que la spéculation la plus basique.

Alors, en quoi le trading serait-il à ce point amoral ?

Le prix et le cours

Une profonde incompréhension que le grand public a du trading est la fluctuation du prix. Celle-ci est perçue comme magique, dirigée par une sorte de pouvoir suprême.

En réalité, le prix n’est jamais fixé que par les ventes/achats successifs.

Si je possède un lingot d’or que je souhaite vendre 1000€ mais que personne ne veut l’acheter, c’est que je suis sans doute trop cher. De même, si je ne trouve pas de lingot d’or à acheter à 500€, c’est que je dois payer plus.

Le prix se fixe dès qu’il y’a un accord entre deux personnes.

Si plus personne ne veut acheter mon lingot, je vais descendre le prix de plus en plus. Parfois, de manière catastrophique. C’est ce qu’on appelle un crash.

Si, au contraire, une raison quelconque pousse tout le monde à acheter un lingot mais que l’offre n’est pas suffisante, le prix va monter.

En théorie, personne n’interfère dans les prix. L’offre et la demande sont le fruit des émotions humaines et le prix n’en est que le reflet. En ce sens, le trading cherche à comprendre la psychologie de la foule humaine.

Les acteurs économiques

Dans un tel système d’échange, les personnes faisant du bénéfice ne le font que parce que d’autres ont fait des pertes.

Mais il est important de remarquer que ceux qui ont perdu ont pris un risque, de leur plein gré, dans le seul et unique but de faire du gain. Ils ont acheté quelque chose dont ils n’avaient pas besoin en espérant le revendre.

Sur les marchés boursiers, par exemple, l’argent présent provient des grandes entreprises, des riches investisseurs et des banques.

Lorsqu’un trader fait fortune en jouant avec son propre argent, c’est donc sur le dos des grandes entreprises, des riches investisseurs et des banques.

Par comparaison, la majorité des publicitaires et des marketeux tentent de faire en sorte que les gens normaux, voire pauvres, dépensent leur argent. Si trader n’est probablement pas le métier le plus utile à la société, il me semble au fond bien plus moral qu’une panoplie d’autres métiers pourtant considérés comme respectables.

Retournement de situation : le trading ne serait pas une activité foncièrement nocive !

L’argent des banques

Si le trading est un outil moralement neutre, il peut comme tout outil être détourné.

Souvenez-vous qu’avec vos 1000€, les banques peuvent en créer 100.000€. La tentation est grande d’utiliser ces 100.000€ pour faire encore plus de profit à travers la spéculation.

Et c’est bien ça le nœud du problème : les banques peuvent jouer beaucoup d’argent. La probabilité est donc énorme de faire des gains substantiels.

Ces gains bénéficieront en immense majorité aux banques elles-mêmes, c’est pourquoi le milieu de la finance nous semble tellement déconnecté de notre univers. Une minuscule partie des gains vous sera cependant reversée : les intérêts.

En exigeant des intérêts sur votre compte d’épargne, vous encouragez, voire vous exigez que les banques jouent avec votre argent.

Si vous êtes contre le trading, alors assurez-vous de quitter toute banque qui propose un taux d’intérêt pour votre épargne et qui au contraire vous facture pour ses services !

Tout le monde est donc content de ce petit jeu. Jusqu’au jour où les banques perdent.

À ce moment là, soudainement, l’effet de levier qui a multiplié vos 1000€ en 100.000€ a l’effet inverse. Les banques n’ont plus de liquidités et se mettent en faillite.

À l’exception de l’Islande, la plupart des banques dans cette situation ont été renflouées… par l’état et donc par l’argent de nos impôts.

En résumé, les banques sont des entités qui encaissent des bénéfices réalisés grâce à notre argent et que nous devons renflouer en cas de pertes !

L’utilité du trading

Les traders que j’ai rencontré arguent que le trading est une activité utile qui permet aux prix de trouver leur valeur naturelle. Certains outils financiers permettent même aux producteurs de matières premières de s’assurer contre, par exemple, une mauvaise récolte.

Quoi qu’on pense du trading, difficile de considérer qu’il soit immoral pour deux personnes consentantes de faire une transaction commerciale.

Effectivement, on peut penser que les bénéfices du trading sont potentiellement sous-taxés par rapport à ceux du travail, que les lois actuelles avantages les riches. Ce n’est alors pas le trading qu’il faut critiquer mais les lois écrites par ceux que nous avons élus.

Au final, les traders ne font qu’essayer de s’enrichir sur le dos des capitalistes qui cherchent eux-même à s’enrichir toujours plus. Est-ce qu’on peut vraiment les blâmer pour cela ?

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Printeurs 43

Sun, 08 Jan 2017 14:57:07 +0000 - (source)
Ceci est le billet 43 sur 43 dans la série Printeurs

Après avoir échappé à un attentat, Nellio, Eva, Junior et Max sont dans une voiture de police qui fonce vers le siège du conglomérat de la zone industrielle.

— Ah, voilà !

Du doigt, Junior pointe une long ligne noire qui strie le ciel. La ligne est bientôt rejointe par une seconde et puis une troisième, dessinant une étrange arabesque, la stylisation d’une étroite fleur de pénombre se refermant, s’épaississant, ondulant dans une imperceptible sarabande filaire.

— Les drones, explique Junior ! À proximité de la zone industrielle, les couloirs aériens sont tellement chargés qu’on peut observer de véritables embouteillages de drones.

Rêveur, je contemple les longues ligne noires, étranges chrysanthèmes de pénombre se détachant dans l’uniformité grisonnante. À mesure que nous nous rapprochons, les drones individuels commencent à se distinguer, la ligne se fait discontinue, pointilée.

— Et dire que les politiciens sont fiers de leur intertube !

— À l’époque où le projet d’intertube a été lancé, les drones n’avaient pas encore l’autonomie ni la capacité de levage suffisante. De plus, les drones posent des problèmes au niveau de l’espace aérien sans compter les risques d’interception et de vols.

— Tout ces problèmes ont été résolus, fais-je. Mais c’est justement la constante du métier de politicien : ne pas voir que le monde évolue, que les problèmes peuvent être résolus. D’ailleurs, qu’est-ce qu’un politicien sans problème ? Un politicien qui ne peut pas promettre de solution et ne sera donc pas réélu. Les politiciens ne veulent pas que le monde change. Les électeurs non plus. Ils promettent le changement avec un grand « C », celui où tout restera pareil. Au fond, ils promettent exactement ce que nous voulons entendre.

— Pourtant, intervient Junior, s’ils ont continué à investir dans l’intertube, c’est qu’il doit bien y avoir une raison.

— Oh oui, il y en a une ! Celle de ne pas être celui qui reconnaîtra que le gouvernement ne fait pas d’erreur. Les erreurs, généralement, tu es forcé de les reconnaître quand elles te coûtent de l’argent. Et encore, les individus préfèrent parfois continuer à payer plutôt que d’admettre s’être trompé. Mais si ce n’est pas ton argent que tu dépenses et que reconnaître une erreur peut te coûter ton travail, il n’y a absolument aucun incitant à arrêter les entreprises les plus catastrophiques. Sans compter que le chantier de l’intertube crée de l’emploi. Des milliers de travailleurs qui vont creuser des trous inutiles dans les sous-sols de la ville, qui vont s’échiner, se crever, passer leurs journées sous terre pour faire un travail complètement inutile et qui aurait pu être automatisé. Tout ça pour avoir l’impression d’être moralement supérieur à un télé-pass. Vous voulez que je vous dise ? On accuse les politiciens, les riches, les industriels et même les télé-pass de tous les maux. Mais les véritables responsables, ce sont ceux qui font ce qu’on leur dit, qui accomplissent un travail inutile le plus consciencieusement possible par peur de perdre les maigres avantages qui vont avec. Ceux-là sont responsables.

— Et ceux-là, c’est nous, conclut Junior.

— Oui. C’est nous. Et nous n’avons aucune excuse.

— Nous n’avions peut-être pas le choix…

— Le seul choix que nous n’avons pas est celui de naître. Après cela, chaque respiration, chaque pas est un choix. Le choix, il se prend, il s’arrache, il se gagne. Mais il est tellement plus facile de se persuader que nous n’avons pas le choix, de nous conforter dans les rails que l’infinité de non-choix a tracé pour nous. Le choix, nous le refusons, nous le fuyons comme la peste. Et nous allons un jour payer le prix de notre inconséquence, de notre irresponsabilité.

— Naître est pourtant le seul choix que j’aie jamais fait.

Intrigué, je me tourne vers Eva, qui vient de m’interrompre.

— Que veux-tu dire ?

— Nellio…

— Vous vous expliquerez plus tard car nous sommes arrivés au complexe du conglomérat industriel.

Observant la route défiler, je constate que nous nous approchons d’un contrôle de sécurité. Deux agents se tiennent au garde-à-vous derrière la ligne rouge, tracée sur le sol, où la voiture devra forcément s’arrêter. Je déglutis avec peine en constatant que nous n’avons aucun papier, aucune excuse valable pour être dans ce quartier et que nous sommes recherchés.

— Merde, le contrôle. J’avais oublié. Une solution miracle pour nous sortir de là ?

Au fur et à mesure que nous nous rapprochons de la ligne, un doute m’envahit. La voiture ne semble pas ralentir. Au contraire, nous accélérons. Dans les yeux des agents de sécurité, je lis le même doute se transformer soudain en peur puis en panique. Ils n’ont que le temps de plonger chacun d’un côté alors que la voiture les frôle à pleine vitesse.

— Hein ? Comment est-ce possible ? Nous avons passé le contrôle sans être arrêtés !

Junior me lance un clin d’œil dans le rétroviseur.

— C’est l’avantage du mode manuel. Il est devenu tellement rare et réservé aux forces de sécurité que la plupart des barrages se font uniquement par contrôle du logiciel de conduite.

— Mais cela signifie que le moindre terroriste pourrait…

— Oui. Mais ils ne le font pas. Ce qui prouve bien que les terroristes sont beaucoup moins formés et intelligents que ce qu’on veut bien nous dire. En fait, le but d’un contrôle routier n’est pas vraiment d’arrêter les terroristes mais de convaincre les citoyens que la menace est réelle et que toutes les mesures sont prises.

— Et je suppose que, en prime, ça fait de l’emploi…

— Énormément d’emploi. Depuis les trouffions comme nos deux vaillants plongeurs sur bitume aux responsables des commissariats.

— Quelle système profondément malhonnête ! Et dire que les responsables de tout ça le savent, qu’ils se moquent cyniquement de nous.

— Oh, pas la peine d’invoquer la malhonnêteté lorsque l’incompétence suffit. Tu sais Nellio, j’ai été amené à fréquenter de très haut gradés. Et tous, sans exception, sont convaincus du bien-fondé de leur mission.

— Mais comment expliques-tu pareille incompétence ?

— Premièrement parce que l’être humain a une capacité incroyable de ne pas voir ce qui pourrait perturber sa manière de penser. Le fait que les religions existent encore aujourd’hui l’illustre amplement. Ensuite parce que c’est l’essence même du système ! Si les gens faisaient bien leur boulot…

— …Il n’y aurait plus de boulot. C’est logique ! Du coup, plus on est incompétent, plus on crée de l’emploi, mieux on est perçu !

Nous sommes interrompus par Max, qui de sa voix douce et chaude nous fait une annonce digne des meilleurs vols transatlantiques.

— Incompétence qui atteint son sommet et sa splendeur ici, Mesdames et Messieurs, au siège du conglomérat industriel, épicentre de la création d’emploi et de la concentration des richesses. Bienvenue !

Sans que je puisse en expliquer la raison, mon cœur se serre alors que je lève les yeux vers le grand building.

— C’est donc ici que tout va se jouer…

 

Photo par Jin Mikami.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Mon second vélo et le piège de l’intuition

Fri, 09 Dec 2016 10:48:58 +0000 - (source)

Chez les cyclistes, il y a un dicton qui dit que le nombre idéal de vélos à avoir dans son garage est N+1, où N est le nombre de vélo qu’on possède actuellement.

Oui, il y a toujours une bonne raison pour acheter un nouveau vélo : avoir un vélo de route, un VTT, un vélo de gravel. Mais si N+1 est le nombre idéal, le nombre minimal est 2. Surtout si vous utilisez votre vélo quotidiennement.

Car il n’y a qu’une seule chose de pire pour un cycliste que de devoir pédaler de nuit dans le froid et la pluie : être forcé d’utiliser une voiture !

J’ai personnellement découvert ce problème lorsque, suite à un bris de dérailleur, j’ai appris que j’allais rester dix jours sans pédaler, la pièce n’étant pas en stock.

Le lendemain, j’avais trouvé un vélo d’occasion.

Un poil vieillotte mais ayant visiblement très peu servi, cette seconde monture joue admirablement son rôle de réserviste. Je l’enfourche lorsque mon fier destrier est à l’entretien, lorsqu’il me révèle une crevaison lente le matin et que je n’ai pas le courage de changer la chambre à air avant d’aller travailler, ou lorsque la simple envie me prend de changer un peu d’air.

Après deux années de ce rythme, j’eus une intuition bizarre.

En deux ans, mon vélo principal, que j’entretiens et que je bichonne, avait subit plusieurs révisions. Il avait connu de multiples crevaisons, plusieurs jeux de pneus. Les chaînes se succédaient, les roulements devaient être changés et les câbles se grippaient.

Rien de tout cela ne semblait atteindre mon réserviste. J’avais changé une fois une chambre à air mais la chaîne et les pneus étaient toujours ceux d’origine malgré des entretiens beaucoup plus succincts voire inexistants.

Cette constatation me conduisait à une explication impitoyable : bien que plus vieux, mon réserviste était de nettement meilleure qualité. Les nouveaux vélos avec les nouveaux pneus sont fragiles et faits pour encourager la consommation.

Intuitif, non ?

Et pourtant complètement faux. Car l’usage d’un vélo ne se compare pas en temps passé dans le garage mais en kilomètres parcourus.

Comme je vous l’ai raconté, je raffole de Strava. Chacune de mes sorties est enregistrée dans l’application avec le vélo utilisé pour l’occasion. J’indique même quand je change une pièce afin de connaître le kilométrage exact de chaque composant.

Je sais ainsi que pour mon vélo principal, une bonne chaine dure 2500km alors qu’une mauvaise s’use après 1500km. Les pneus, à l’arrière, durent entre 800 et 1600km. Facilement le triple à l’avant. Outre cela, mon utilisation du vélo nécessite un passage par l’atelier en moyenne tous les 2000km. Et le vélo va sur ses 8000km.

Mon vélo de réserve, par contre, vient lui tout juste de passer les 500km !

Il est donc parfaitement normal que je n’ai eu aucun ennui, aucun entretien, aucun travail sur ce vélo : il n’a tout simplement pas encore roulé le tiers de la distance à partir de laquelle l’usure de certains composants se fait sentir.

Mon intuition était complètement trompeuse.

Cette anecdote prête à une morale générale : souvent, nous nous laissons emporter par des intuitions, des similitudes. Les deux vélos étant en permanence côte à côte dans le garage, il est normal de les comparer. Le fait de prendre de temps en temps le vélo de réserve me donnait l’impression que les deux vélos vivaient une vie presque similaire. Certes, je pensais l’utiliser trois ou quatre fois moins. Mais les chiffres révèlent qu’il s’agit de quinze fois moins !

Lorsque vous avez des convictions, des intuitions, confrontez-les aux faits, aux chiffres réels.

Beaucoup de nos problèmes viennent du fait que nous suivons aveuglément nos intuitions, même lorsque les chiffres nous démontrent l’absurdité de nos croyances. Aujourd’hui encore, les politiciens prônent l’austérité afin de relancer l’économie, ils prônent l’expulsion d’étrangers pour libérer des emplois là où tous les exemples connus ont démontré l’absurde inanité et la contre-productivité de ce genre de mesures.

Pire : aujourd’hui, il y a encore des gens pour voter pour ces politiciens.

À ceux-là, racontez-leur donc l’histoire de mon second vélo.

 

Photo par AdamNCSU.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Printeurs 42

Tue, 06 Dec 2016 11:35:17 +0000 - (source)
Ceci est le billet 42 sur 43 dans la série Printeurs

En parallèle aux aventures de Nellio, Eva et les autres, un étrange personnage continue sa vie : l’ex-ouvrier 689.

Je n’en reviens pas. Je n’en crois pas mes yeux. J’étais sûr de l’avoir tué. Pourtant, aujourd’hui, le plus jeune est revenu.

Cela fait des cycles et des cycles de sommeil que je suis cloîtré dans un confortable appartement. Le plus vieux m’a expliqué qu’il s’agissait de me protéger. En tant que travailleur, je suis un témoin clé dans le procès qu’il veut faire. À qui ? Je ne suis pas sûr de comprendre… Au système, aux riches, aux puissants, aux contre-maîtres. Peu importe, mon pouvoir marche d’autant mieux lorsqu’il est confronté à un idéalisme naïf et béat.

De temps en temps, le plus vieux vient me rendre visite afin de m’interroger, de dresser un tableau de la vie dans l’usine. Au vu de ses réactions à mes révélations initiales, j’ai préféré ne pas tout dire. Il risquerait de ne pas me croire.

Mais lorsque la porte s’est ouverte aujourd’hui, j’ai failli défaillir de surprise. Le plus jeune était là, souriant, complètement insensible à mon pouvoir. Il s’est dit amnésique et j’ai réussi à cacher mon trouble, à prétendre que je le connaissais pas.

Ce monde obéit-il à d’autres lois ? La mort et la douleur ne sont-elles pas les armes ultimes que je croyais maitriser ? Pour la première fois, le doute me gagne, m’envahit. Mon pouvoir s’étiole. Je tremble !

Tout fonctionnait pourtant comme sur des roulettes. Le plus vieux était bel et bien persuadé que le plus jeune était tombé du ballon par accident. Une fois le plus jeune parti, le plus vieux s’est révélé beaucoup plus vulnérable à mon pouvoir. Du moins le croyais-je…

Je regrette les contre-maitres qui étaient tellement facile à manipuler, je…

612 se tient en face de moi. Il sourit béatement et me couvre de son regard apaisant. Baissant les yeux, je constate que je suis un enfant. Machinalement, mon pouce s’est introduit dans ma bouche.

— La vie est pleine de mystère. Elle ne s’arrête pas à l’atelier et aux contre-maîtres. Un jour, l’un de vous le découvrira. Un jour, il percera les mystères de la vie et nous libérera…

Je hurle, je me rue en vociférant sur 612. Dans un craquement sourd, mon corps d’adulte s’écrase sur les parois de l’appartement. La douleur me réveille, me rassure. Ô toi, ma vieille amie, ma fidèle compagne, celle qui m’accompagnera jusqu’à la mort et au delà, celle qui me fera lutter, qui me réveillera, ô toi douleur…

Le crâne de 612 éclate tout autour de moi. Du sang ruisselle sur les murs, des lambeaux de cervelles gluants dégoulinent du plafond et, partout, le visage de 612 flotte en murmurant :
— Tu es noble !

À mes pieds, le sol est jonché de cadavres des travailleurs que j’ai fréquenté. Je reconnais chaque visage, chaque numéro. Les corps se décomposent, l’odeur me prend à la gorge et, soudain, chaque mort donne naissance, dans une explosion de pu et de chairs putrides, à un bébé sanguinolent, hurlant. Tournant leurs têtes vers moi, les bébés se mettent à ramper. Ils tiennent dans leurs petites menottes les jouets, les appareils électroniques, les outils que j’ai fabriqué. Ils les dévorent avant de ramper et de toucher, un par un, tous les objets de l’appartement.

L’un des bébés, mi-homme, mi-fœtus, caresse le rideau qui se gorge aussitôt de sang. Un autre s’empare de la tablette de divertissement qui se décompose en chairs putréfiées. Le plus effrayant se met soudain à flotter jusqu’au plafond avant d’avaler l’ampoule intelligente qui se transforme en millions de mouches bourdonnantes.

Les vêtements que je porte se mettent à hurler, à briller de longs éclairs de douleurs.

Plié en deux, je me met à vomir sous les sordides ricanements des bébés dont les visages se couvrent de rides et d’une barbe blanche.

Combien de temps suis-je resté dans le coma, étendu au milieu de la pièce ? Des heures ? Des jours ?

À mon réveil, tout m’a semblé effroyablement normal. Mais, au creux de mon estomac, j’ai ressenti une émotion nouvelle, angoissante. Une peur non physique. Ma vie n’est pas en danger, je n’ai pas à me défendre et, pourtant, j’ai peur, je tremble. Je veux oublier ! Et si le plus vieux décidait de me renvoyer à l’usine ? J’ai failli à ma mission ! Je serai probablement rétrogradé au plus bas de l’échelle, je redeviendrai le travailleur que j’ai toujours été.

Les genoux tremblants, je tente de me redresser et de me ressaisir. Je n’ai pas le choix, je dois continuer, je dois escalader chaque échelon. S’arrêter, c’est tomber. Monter, encore et encore, tel est mon destin.

Mais pour aller où ? Vers quels sommets ? C’est peut-être la question qu’il ne faut pas poser car seule l’ignorance me permettra de continuer.

Par quel miracle le plus jeune est-il encore en vie ? Je n’en sais rien et je n’ai pas besoin de le savoir. Je dois juste attraper le prochain échelon et monter, encore et toujours. Je dois écraser le plus vieux, je dois l’utiliser et le jeter. Ce n’est qu’à ce prix que je ne tomberai pas.

Prenant une profonde inspiration, je retrouve mon calme. Mon pouvoir est revenu, je le sens ! Il ne m’a jamais quitté. Le plus jeune est encore vivant ? Qu’à cela ne tienne, je le tuerai une seconde fois. Ou dix fois, cent fois, mille fois s’il le faut ! Car mon pouvoir est revenu et rien ni personne ne pourra plus arrêter ma fulgurante ascension.

Rien ! Pas même ces bébés à tête de vieillards qui rampent désormais partout où je porte mon regard, éructant en silence des moues terrifiées, touchant de leurs mains poisseuses chaque objet, chaque meuble, chaque outil.

Mais je les tiens à l’œil. Car eux aussi subiront désormais l’étendue de mon pouvoir.

 

Photo par Antoine Skipper.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


L’argent doit-il être notre seul objectif ?

Thu, 01 Dec 2016 12:31:07 +0000 - (source)

En tant qu’humains, nous fonctionnons avec des objectifs. La mesure liée à cet objectif, que j’appelle « observable », peut pervertir complètement le système au point de le détourner de son objectif initial. J’ai introduit le concept dans « Méfiez-vous des observables » mais sachez que, dans notre société, l’observable par défaut est l’argent.

L’amour, le couple et le restaurant

Comme je l’ai expliqué à travers la fable des voitures en Observabilie, nous vivons dans un monde dont certains aspects sont difficiles à quantifier. Nous nous rabattons alors sur des « observables », faciles à mesurer. Mais si une observable est même très légèrement décorrélée de l’aspect original, le fait de mesurer va amplifier cette décorrélation jusqu’à l’absurde.

« Toute utilisation d’une observable imparfaitement liée à un objectif va tendre à maximiser la décorrélation entre cette observable et l’objectif »

Prenons un exemple simple : si vous souhaitez augmenter l’amour dans votre couple, l’amour est une donnée difficilement mesurable. Par contre, si votre conjoint remarque que vous vous invitez mutuellement plus souvent au restaurant lorsque vous êtes amoureux, vous pouvez décider de prendre le nombre de sorties gastronomiques par mois comme observable de votre amour.

Après quelques temps, vous serez sans même en avoir conscience encouragé à aller au restaurant le plus possible. Idéalement tous les soirs !

Serez-vous pour autant plus amoureux ? Dans le meilleur des cas, rien n’aura changé. Dans le pire, vous pourriez même détruire votre couple par cette absurde obsession des restaurants, vous prendrez du poids et dilapiderez vos économies.

Cela semble évident dans ce cas de figure mais pourtant nous le reproduisons en permanence avec une observable presqu’aussi absurde que le nombre de sorties au restaurant par mois. Une observable devenue universelle. L’argent !

L’argent, notre principale observable

Toute notre société, toutes nos valeurs nous poussent à maximiser l’argent.

Telle personne prétend que sa priorité dans la vie est d’éduquer ses enfants et va tout faire pour… gagner de l’argent afin de payer une école privée même si cela implique d’aller travailler à l’étranger en ne voyant ses enfants qu’une fois par mois.

Une autre veut vivre paisiblement dans un coin tranquille et va, en conséquence, travailler très dur dans une grande ville pendant des décennies afin de… “gagner assez pour arrêter de travailler”.

Ces cas ne sont bien entendu pas universels et nombreuses sont les occasions où nous refusons un gain financier. Mais il est amusant de remarquer que lesdites occasions seront mûrement réfléchies et devront être justifiées de long et en large. Par défaut, gagner de l’argent est la situation la plus intéressante. Nous pousserons la perversité jusqu’à quantifier n’importe quoi, y compris notre bonheur, au moyen d’équivalents financiers.

L’argent est devenu une observable tellement universelle que même le bonheur se mesure en argent. Saviez-vous qu’aux États-Unis le fait de supprimer les trajets quotidiens maison-travail correspondait, en terme de bonheur, à une augmentation salariale de 40.000 dollars par an ? Le bonheur est donc quantifiable en dollars ? N’est-il pas choquant que l’un des arguments majeurs dans la prévention des suicides soit… le coût à la société d’un suicide (849.878 $ au Canada. C’est précis !) ? Une vie de moins importe peu. Par contre, si cela coûte, il faut agir !

Si nous voulons diminuer le nombre de suicide, ce serait uniquement pour économiser de l’argent !

Est-il tout simplement possible de convertir la douleur d’un suicide en une perte financière ? Et quelle conclusion devrait-on tirer si, par hasard, le calcul avait eu pour résultat qu’un suicide rapporte à la société ?

La disparition des abeilles est inquiétante ? Non, pas réellement. Mais il suffit d’affirmer que les pollinisateurs effectuent un travail évalué entre 2 et 5 milliards d’euros par an en France pour obtenir l’attention de l’auditoire. Ajoutons qu’ils créent 1.4 milliards d’emplois dans le monde et le tour est joué. Sans insectes pollinisateurs, nous crèverons littéralement de faim. Mais ce n’est pas grave. Ce qui est grave, ce serait de perdre des milliards d’euros et des emplois…

Même le manque de sommeil est monétisé et est estimé à 411 milliards de dollars par an pour l’économie américaine.

C’est d’ailleurs le piège dans lequel sont tombés les écologistes en prétendant que l’écologie était plus économique et permettrait de créer des emplois. Il suffit de leur répondre que, dans ce cas, le marché s’orientera naturellement vers la solution la plus écologique et qu’il ne faut surtout pas intervenir.

Tout comme compter le nombre de sorties au restaurant, l’argent est une observable bien pratique et, de plus, universelle. À quelques très rares exceptions, tous les êtres humains utilisent aujourd’hui de l’argent qui est convertissable en n’importe quelle autre monnaie.

L’impossibilité des objectifs multiples.

La sagesse populaire nous enseigne qu’à courir deux lièvres, on n’en attrape aucun. Et, inconsciemment, tout humain et toute institution humaine applique ce principe en ne maximisant qu’un seul et unique objectif.

Si plusieurs objectifs sont énoncés, tout le système optimisera l’objectif principal via son observable. Si cela permet d’atteindre également les autres objectifs, tant mieux. Sinon, et bien, par définition, un objectif secondaire cédera le pas face à l’objectif principal. Il s’ensuit que tout objectif secondaire est inutile : s’il est atteint, c’est par pure chance.

Or, comme nous venons de le voir, l’observable par défaut est l’argent. L’objectif par défaut devient donc le fait de s’enrichir.

On peut d’ailleurs remarquer que les personnes dont l’objectif principal n’est clairement pas s’enrichir détonnent dans notre société. Comme l’argent n’est qu’un moyen de subsistance pour eux, ils gagnent un strict minimum et se consacrent à un objectif qu’ils ont choisi en conscience. Ils paraissent rebelles, alternatifs, étonnants. Ironiquement, affirmer vouloir gagner de l’argent est souvent mal perçu. Gagner de l’argent est notre seul et unique objectif mais il faut le cacher, être hypocrite.

Sans une direction très forte et très claire posant une observable autre que l’argent, tout projet se tournera automatiquement vers le profit. Au mieux le projet deviendra commercial, au pire les membres s’entre-déchireront et tenteront de gagner ou de perdre le moins possible d’argent.

Créer un projet dont l’observable n’est pas l’argent implique donc un travail permanent d’affirmation d’un objectif principal et de l’observable qui lui est associée.

Si l’affirmation de cet objectif n’est pas assez forte, l’observable argent reprendra le dessus. Si l’observable commune manque ou est floue, les individus se baseront sur leur observable personnelle. Très souvent, il s’agira de l’argent. La cupidité individuelle détruira le projet ou, au moins, en détournera l’intention initiale.

Dans le monde du business et des entreprises, la question ne se pose même pas : le but d’une entreprise étant de faire de l’argent, tout autre objectif sera graduellement réduit et sera corrompu au moindre signe de conflit entre cet objectif secondaire et celui de gagner de l’argent. L’écologie, le bio, le social sont des exemples frappants : d’objectifs secondaires louables, ils sont devenus de simples arguments marketing, cachant parfois des pratiques d’un cynisme total. Dans le meilleur des cas, ces objectifs secondaires sont devenus des vœux pieux qui donnent bonne conscience aux travailleurs.

L’absurdité ultime : le PIB

Le parangon de l’absurdité des observables revient à la plus grande de nos institutions : l’état, pour qui l’observable principale est également devenu l’argent avec la mesure du PIB.

Je ne détaillerais pas l’absurdité du PIB, certains l’ont fait mieux que moi. Il suffit de savoir que si vous me payez 50€ pour creuser un trou et que je vous paye le même prix pour le reboucher, nous avons augmenté le PIB de 100€ alors que rien, absolument rien, n’a changé dans le monde. Ni le trou (qui est rebouché), ni nos comptes en banque respectifs.

Pourtant cette mesure est désormais celle qui contrôle absolument tout le reste. L’exemple le plus frappant nous vient de la Grèce : alors que la crise a poussé un nombre incalculable de grecs dans la misère la plus totale, que le taux de suicide est au plus haut et que la santé s’y détériore rapidement, personne ne s’en préoccupe réellement.

Mais que le gouvernement grec annonce peut-être prendre des mesures qui pourraient impacter le PIB des pays voisins et toute la classe politique s’indigne soudainement. Il faut vous y faire : votre seule utilité dans un tel système est de faire croître le PIB.

Identifiez l’objectif de votre interlocuteur

Une fois ce principe bien acquis, tout un univers qui semble absurde devient soudainement logique. Il suffit d’identifier l’objectif réel de votre interlocuteur. L’unique objectif d’un politicien, par exemple, sera d’être réélu. Toute action qu’il entreprend ne l’est que dans le seul et unique objectif de maximiser son observable : les voix reçues aux prochaines élections.

Tout argent public dépensé ne le sera donc que de deux manières possibles : soit parce que cela donne de la visibilité au politicien qui a pris la décision, soit parce que cela lui rapporte directement ou indirectement. C’est ce que j’ai appelé « la boucle d’évaporation ».

Tout employé payé à l’unité temporelle (heure, semaine, mois, …) aura pour unique objectif de justifier le temps qu’il passe. Si le travail se réduit au point de disparaître, l’employé fera tout, même inconsciemment, pour inventer une complexité permettant de justifier ce temps. Au contraire, toute personne payée au forfait aura pour unique objectif d’y passer le moins de temps possible.

Tout organe de presse financé par la publicité optimisera son fonctionnement pour maximiser l’exposition de son audience à la publicité. Si cette audience se mesure en “clics”, alors l’organe de presse se transformera en machine à générer des clics, quel que soient les idéaux sincères des personnes qui composent l’organe de presse.

Notons bien que tout ceci n’est ni positif, ni négatif. C’est juste un fait mécanique et, pour moi, inéluctable.

« Toute organisation humaine tend naturellement vers la maximisation du profit des personnes contrôlant l’organisation ».

Si vos objectifs sont en alignement avec ceux de votre interlocuteur, tout va très bien. Si par exemple vous souhaitez organiser un bal populaire, que vous demandez des subsides et que vous proposez à un politicien de devenir le « parrain » du bal et d’y faire un discours, vos objectifs seront alignés et vous obtiendrez plus que probablement le subside.

Et vous, quel est votre observable ?

L’argent est-il le seul et unique observable universel ? Peut-être. Dans tous les cas, c’est aujourd’hui le plus courant et le plus utilisé. Il faut donc en tenir compte sans le rejeter en bloc. Construire une société sans argent me semble une utopie irréalisable et probablement pas souhaitable.

Par contre, au niveau individuel, nous sommes bien peu à considérer l’argent comme le seul moteur de notre vie. Pourtant, par facilité, nous nous y abandonnons. Nous travaillons plus pour gagner plus. Nous repoussons les prises de risque qui pourraient nous faire perdre de l’argent.

Confronté à cette réalité, nous avons tendance à camoufler. À brandir des objectifs secondaires, des déclarations d’intention. À nous tromper nous-mêmes.

Mais alors, quel est l’observable de nos vrais objectifs personnels, ceux que nous n’avons jamais pris la peine d’explorer, de conscientiser ?

Car si nous voulons changer le monde et nous changer nous-même, il faut se fixer un réel objectif principal avec une observable digne de lui.

 

Photo par Glenn Halog.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Laprimaire.org, une expérience de démocratie

Sat, 26 Nov 2016 11:36:45 +0000 - (source)

Étymologiquement, la démocratie signifie le pouvoir par le peuple. Elle s’oppose à l’aristocratie où le pouvoir est détenu par une minorité.

Dans la société d’aujourd’hui, force est de constater que ce que nous appelons démocratie n’en est pas une. Le pouvoir réel est toujours détenu par une minorité.

Mais, contrairement à une aristocratie traditionnelle héréditaire, l’aristocratie moderne est désormais choisie par le peuple à travers le processus électoral. Nous vivons dans une aristocratie démocratiquement représentative, le processus électoral nous permettant de nous affubler du titre de « démocratie ».

Les faiblesses des élections

Comme je le soulignais dans « Et si on tuait le parti pirate ? », se faire élire et être un élu sont deux métiers fondamentalement différents voire antagonistes. Ceux qui maîtrisent l’art de se faire élire vont conquérir le pouvoir et s’y maintenir, quelles que soient leurs actions. Notre système est donc complètement inféodé aux faiblesses du processus électoral choisi.

Deux qualités sont essentielles pour être élu : la popularité et l’accès à l’argent, l’argent permettant d’acheter la popularité à travers les campagnes électorales. L’élection va donc favoriser l’émergence de personnages riches, représentant les intérêts d’autres riches et étant maîtres dans l’art de l’apparence ou du détournement de l’attention à travers un programme aussi inutile que mensonger.

Les méthodes de calcul des résultats électoraux, elles-mêmes, vont avoir un poids définitif. Ainsi, le système à deux tours français va avoir tendance à tuer tout candidat favorisant le compromis ou l’innovation au profit de celui qui sera inacceptable pour 49% des électeurs mais suffisant pour 51%.

Aux États-Unis, le système des grands électeurs permet l’élection d’un président moins populaire que son adversaire. Deux fois (Bush vs Gore en 2000 et Trump vs Clinton en 2016), le gagnant ne l’est devenu qu’en emportant de manière très suspecte l’état de Floride.

Ce que nous appelons démocratie est donc un ensemble de règles donnant le pouvoir à celui qui saura le mieux les exploiter, légalement ou illégalement.

Le futur de la démocratie

Comme je le décris dans mes billets « Il faudra la construire sans eux » et « Obéir, lire, écrire, les trois apprentissages de l’humain », je pense que nous sommes arrivés à un tournant de l’histoire.

Après l’aristocratie et l’aristocratie démocratiquement représentative (plus communément appelée « démocratie »), il est temps de réinventer une nouvelle forme de gouvernance.

Selon moi, cette post-démocratie sera fondée sur les outils technologiques de son époque, à savoir Internet et la blockchain. Les expériences de démocratie liquide nous ouvrent la voie en ce sens.

Cependant, cette (r)évolution n’est pas encore là et il faut bien composer avec le système en place. Comment apporter de nouvelles idées dans un système structurellement construit pour favoriser le conservatisme ?

Le candidat Jean-Luc Mélenchon, par exemple, promet s’il est élu de former une assemblée constituante puis de démissionner. Dans l’idée, c’est évidemment magnifique. Mais Mr Mélenchon reste un homme politique traditionnel issu d’un parti traditionnel cherchant avant tout à défendre des valeurs. Cette défense de valeurs pourrait être en conflit avec la mise en place d’un nouveau système.

L’expérience de laprimaire.org

Tenter d’utiliser les outils modernes pour perturber, même légèrement, le système en place, c’est exactement ce que tente de faire laprimaire.org pour les élections présidentielles françaises de 2017.

Le principe est assez simple : un règlement fixé à l’avance pour désigner un candidat unique, un candidat issu du net et choisi par tous les citoyens qui le souhaitent.

Début 2016, tout citoyen français pouvait se déclarer candidat. Afin d’être sélectionné pour le second tour, il fallait obtenir 500 soutiens d’autres citoyens français. Une barrière arbitraire, certes, mais facilement franchissable pour qui avait la motivation de devenir réellement candidat.

Sur 215 candidats déclarés, ils furent 16 à passer le cap des 500 soutiens. Tous les citoyens inscrits sur laprimaire.org ont ensuite été appelés à choisir leurs 5 candidats préférés parmi les 16 qualifiés à travers un processus se basant sur le « jugement majoritaire ».

De ces 5 candidats, un seul sera finalement choisi comme le candidat de laprimaire.org pour se présenter réellement aux présidentielles. Mais les organisateurs avaient fixé une limite minimale de 100.000 citoyens inscrits avant de poursuivre l’aventure.

Ils sont actuellement près de 97.000. Alors, si vous êtes citoyen français, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour voir se présenter un candidat à la présidentielle issu non pas d’un parti mais bien d’un processus citoyen innovant.

Même si ce candidat n’a aucune chance, sa simple présence sur les bulletins de vote assurera une incroyable publicité au fait que, oui, Internet permet désormais un nouveau mode de gouvernance. Que nous avons faim de remises en question, d’idées nouvelles, d’explorations. Que nous souhaitons prendre en main notre destin !

Laprimaire.org n’est certainement pas parfaite mais c’est une expérience réelle qui innove, qui essaie et qui s’ouvre à toutes les tendances politiques. Étant belge, je ne peux participer mais je recommande chaudement à mes lecteurs français de s’inscrire.

Vite, il ne vous reste que deux semaines !

 

Photo par Will Keightley. Relecture par le gauchiste.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Obéir, lire, écrire : les trois apprentissages de l’humain

Wed, 23 Nov 2016 13:37:37 +0000 - (source)

Comme je le soulignais dans « Il faudra le construire sans eux », l’humanité est passée par plusieurs étapes liées à l’écriture. Chaque étape a modifié notre conscience de nous-même et le rapport que nous entretenons avec la réalité.

Au commencement

Durant la préhistoire, l’humanité est dans sa petite enfance. Sans écriture, l’information est mouvante, sujette à interprétation. La transmission se fait de manière floue, interprétée et adaptée. La vérité n’existe pas, tout est sujet à interprétation.

Le terme « préhistoire » n’est pas anodin. Les humains n’ont en effet pas la conscience de faire partie de l’histoire, d’une évolution. Ils vivent dans le moment présent.

Cette situation est comparable à celle d’un nouveau-né qui réagit par réflexe aux stimuli extérieurs mais sans conscientiser son existence et ni celle d’une réalité extérieure.

Obéir, le premier apprentissage

Avec l’invention de l’écriture apparaît la notion d’une réalité extérieure immuable, la vérité. Ce qui est écrit ne peut être modifié et, contrairement aux souvenirs ou à la transmission orale, permet la création d’une vérité immuable. Comme toute innovation technologique importante, l’écriture est parfois perçue comme magique, surhumaine.

De la même manière, un enfant comprend que les adultes détiennent un savoir que lui ne possède pas. Il apprend donc à obéir à l’autorité.

Pour l’humanité, l’écriture est un instrument d’autorité à la fois géographique (les écrits voyagent) et temporel (les écrits se transmettent). L’écrit est donc perçu comme étant la vérité ultime, indiscutable. Comme pour un enfant à qui on raconte des histoires, la fiction et l’imaginaire sont des concepts incompréhensibles.

Lire, le second apprentissage

L’imprimerie provoque un véritable bouleversement. Pour la première fois, les écrits deviennent accessibles au plus grand nombre. L’humain apprend à lire.

Le fait de lire permet de prendre conscience que tout écrit doit être interprété. Face à différentes sources parfois contradictoires, le lecteur comprend qu’il doit reconstruire la vérité en utilisant son esprit critique. L’impression de la bible, par exemple, aura pour conséquence directe la naissance du protestantisme.

Si l’imprimerie a permis de diffuser l’information, seule une minorité contrôlait ce qui était imprimé. Cette compréhension du rôle fondamental de l’écriture a d’ailleurs conduit au copyright, outil de censure créé dans le seul et unique but de s’assurer que rien de ce qui était imprimé ne remettait en cause le système (et non pas pour protéger les auteurs).

Comme nous l’a montré la révolution française, le copyright n’a pas été un garde-fou suffisant. La technologie l’a emporté, l’autorité suprême est rejetée au profit du débat et du consensus. Du moins en apparence. L’individu devient citoyen. Il n’accepte plus une autorité arbitraire mais uniquement celle qu’il a choisie (ou qu’il a l’impression d’avoir choisie). C’est l’avènement de la démocratie représentative et de son apanage direct, la presse.

L’enfant apprend à désobéir, à questionner l’autorité et à se faire sa propre opinion. Il n’est pas encore autonome mais souvent rebelle. C’est l’adolescence.

Écrire, le troisième apprentissage

Avec l’apparition d’Internet et des réseaux sociaux, écrire, être diffusé et lu devient soudain à la portée de n’importe quel individu.

Que ce soit pour commenter un match de football, partager une photo ou ce texte, tout être humain dispose désormais de la faculté d’être lu par l’humanité entière.

L’adolescent a grandi et partage son opinion avec d’autres. Il enrichit le collectif et s’enrichit lui-même de ces échanges. Il devient le créateur de sa propre conscience, une conscience qu’il perçoit comme s’insérant dans un réseau d’autres consciences, parfois fort différentes de la sienne : l’humanité.

L’autorité, même choisie, n’est plus tolérable. Chaque humain étant en conscience, il veut pouvoir décider en direct, être maître de son propre destin tout en s’insérant dans la société. C’est un mode de gouvernance qui reste à inventer mais dont on aperçoit les prémices dans la démocratie liquide.

Selon moi, une conscience globale ne sera donc atteinte que lorsque chaque humain sera lui-même pleinement conscient de son libre arbitre et de sa contribution à l’humanité. Qu’il aura la volonté d’être maître de son destin tout en ayant la maturité pour s’insérer dans une société qu’il co-construit.

Le déséquilibre de l’écriture sans lecture

Obéir, lire, écrire. Trois étapes indispensables à la création d’une conscience autonome et responsable.

Le problème est que, pour l’autorité, il est préférable de garder les humains dans le stade de l’obéissance, de la croyance en une seule vérité immuable et indiscutable. La démocratie représentative n’est alors qu’une façade : il suffit de rendre les électeurs obéissants en ne leur apprenant pas à « lire ».

Avec la généralisation des réseaux sociaux, des humains accèdent directement à l’écriture sans jamais avoir appris à « lire », à être critiques. Ils sont confrontés à des débats, à des opinions divergentes, à des remises en question pour la première fois de leur vie.

Comme je l’explique dans « Le coût de la conviction », cette confrontation est souvent violente et conduit au rejet. Les personnes concernées vont se contenter de hurler leur opinion en se bouchant les oreilles.

La solution la plus pertinente serait de patiemment tenter de mettre tout le monde à niveau, d’enseigner la lecture et l’esprit critique.

Le dangereux attrait de l’autoritarisme

Malheureusement, nous sommes enclins à tomber dans nos travers. Ceux qui écrivent ont tendance à se considérer comme supérieurs et ne veulent pas que d’autres puissent apprendre à lire.

Le fait de pointer Facebook et Google dans la propagation de « Fake News » va exactement dans cette direction. Facebook et Google sont intronisés détenteur de la vérité ultime comme l’étaient les médias. En leur demandant explicitement de traiter différemment les “fake news” et les “real news”, nous leur donnons le pouvoir de contrôler ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, nous leur demandons de contrôler la réalité.

Est-ce souhaitable ?

Je pense que ce serait une véritable catastrophe. Au contraire, nous devons être sans cesse confrontés à des informations contradictoires, à des nouvelles qui contredisent nos croyances, à des réflexions qui démontent nos convictions.

Nous devons réaliser que les médias à qui nous avons délégué ce pouvoir de vérité sont mensongers et manipulateurs, même inconsciemment. Ils gardent jalousement l’écriture et sont donc devenus des obstacles à l’évolution de l’humanité.

Si nous voulons sortir de l’obéissance aveugle, nous devons apprendre à critiquer, à accepter nos erreurs. Nous devons apprendre à lire et à écrire !

Désobéir, lire, écrire…

 

Photo par David Fielke.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


La conscience et la fragilité de la vie

Sat, 12 Nov 2016 14:36:10 +0000 - (source)

Si on prend la peine d’y réfléchir, notre vie est un incroyable équilibre, une formidable symbiose entre des milliards de cellules.

Chacune est unique, périssable, remplaçable et pourtant toutes sont dépendantes des autres pour exister. Les cellules n’existent que grâce à l’entité supérieure qu’elles forment : un être humain !

Que cette fragile harmonie entre des milliards d’individus se rompe et, aussitôt, c’est le corps tout entier qui souffre. Que quelques cellules décident de ne plus collaborer, d’entrer dans une égoïste croissance incontrôlée et c’est la personne entière qui est atteinte d’un cancer.

Lorsque le déséquilibre devient trop grand, que la symphonie se transforme en fausses notes, vient l’heure de mourir.

La mort signifie la fin de la coopération. Les cellules vivent encore mais ne peuvent plus compter sur les autres. Elles sont condamnées à disparaître, à pourrir.

Le corps devient rigide, froid. Les cellules qui le composent s’éteignent petit à petit. Certaines ne veulent pas l’accepter mais il est trop tard. La conscience a disparu, le corps est condamné.

L’agonie se transforme en repos, le râle en silence, les convulsions en immobilité. La moite et étouffante chaleur est devenue un courant d’air. La vie s’en est allée.

Attendez !

Si on prend la peine d’y réfléchir, l’humanité est un incroyable équilibre, une formidable symbiose entre des milliards d’individus.

Que quelques personnes décident de ne plus collaborer, d’amasser au détriment des autres et c’est la planète entière qui est atteinte d’un cancer.

Mais contrairement à un corps, l’humanité n’est pas encore arrivé au stade de la conscience. Nous pouvons encore la sauver, soigner les terribles cancers qui la rongent.

Si nous pouvons compter l’un sur l’autre, si nous pouvons collaborer, considérer chaque être humain comme une cellule indispensable d’un seul et unique corps, alors, l’humanité survivra.

Pour survivre, nous n’avons sans doute pas d’autre choix que de créer et devenir la conscience de l’humanité.

 

À ma mamy, décédée le 15 octobre 2016. Photo par Sarahwynne.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


(Ré)Apprendre à rêver

Thu, 10 Nov 2016 07:50:32 +0000 - (source)

Nous étions satisfaits d’avoir appris à lire et à obéir. Après le Brexit, la victoire de Trump vient douloureusement nous rappeler que nous devons apprendre à réfléchir ensemble. Apprendre à douter et à construire. À écrire, à penser et à remettre en question notre petit confort mondain.

Le pouvoir de l’écriture

Comme je l’expliquais dans « Il faudra le construire sans eux », je pense que l’humanité est rythmée par les technologies de l’information.

L’écriture nous a donné le concept d’histoire, de vérité, de transmission. Avec l’apparition de l’écriture est également apparue l’autorité centralisée, le pouvoir. L’humain a appris à obéir afin de coopérer.

Mais la lecture restait l’apanage des puissants.

L’imprimerie bouleversa complètement cette structure en apprenant à l’humanité à lire. Désormais, tout le monde, ou presque, pouvait lire, apprendre, découvrir de nouvelles idées.

Le pouvoir s’en trouva modifié. Il prit le nom trompeur de démocratie mais resta concentré dans les mains d’une minorité, ceux qui pouvaient écrire. Écrire les lois. Écrire la vérité telle qu’elle devait être à travers la presse puis les médias.

Avec Internet, chaque humain se retrouva soudainement en mesure d’écrire. Chaque humain avait désormais le pouvoir de façonner la vérité, sa vérité.

Mais, comme les rois et empereurs avant eux, les présidents et autres dirigeants furent incapables de percevoir ce changement qui les déstabilisait et qui ne pouvait que les détrôner.

Bouffie d’impunité et d’arrogance, la classe politicienne se complaisait dans sa réalité qu’elle façonnait avec la complicité des médias et de la presse. La réalité n’était-elle pas sous leur contrôle ?

Ils brassaient l’argent et l’économie mondiale, ils façonnaient une réalité qu’ils croyaient universelle et étaient à ce point déconnectés des autres réalités qu’ils ne pouvaient plus en imaginer l’existence.

Ce n’est donc pas une surprise qu’ils ne virent pas que le reste de l’humanité apprenait à écrire et à se passer d’eux.

Une révolte ? Une révolution !

Lorsque des tentatives de changement voyaient le jour, le pouvoir les étouffait ou, confiant, les laissait mourir afin de servir d’exemple. La technique était simple : se convaincre et convaincre les autres que le changement était impossible, voué à l’échec. Que les réponses apportées étaient indiscutables.

Aux États-Unis, par exemple, un réel mouvement progressiste tenta de porter Bernie Sanders à la présidence. L’homme inspirait la passion et, comme Michael Moore, je suis convaincu qu’il aurait gagné contre n’importe quel adversaire. Il représentait l’espoir d’une génération qui avait appris à lire et qui voulait désormais se mettre à écrire.

Mais Hillary Clinton parvint à convaincre tous les partisans qu’un tel changement était impossible, qu’écrire, c’était bien, mais que la lecture était suffisante pour la majorité.

Les jeunes, les intellectuels, les penseurs critiquaient Hillary Clinton mais se pliaient à la réalité qu’on leur avait tellement bien inculquée. C’est beau de rêver mais les sondages et les médias ont toujours raison. Les politiciens ne sont pas parfaits mais ils savent ce qui est bien pour nous.

À l’époque, j’avais dit que les démocrates regretteraient amèrement d’avoir détruit Sanders, qui représentait leur meilleure chance. Puis, je me suis moi-même plié à cette réalité. J’étais persuadé que le Brexit ne passerait pas, que Trump serait défait. J’ai été un parfait petit représentant de cette frange éduquée et indignée qui se résigne.

Mais toutes ces considérations n’atteignaient pas les franges de la population qui avaient toujours été oubliées, spoliées. La masse qui a soudainement appris à écrire avant même de savoir lire.

Dans une leçon magistrale, cette masse a refusé de se plier aux injonctions d’une réalité que, de toutes façons, elle ne comprenait pas. Insensible à la raison, à la logique, elle démontre qu’il n’est pas nécessaire de se plier à une réalité imposée.

La résignation des millenials

Si les « millenials » et les jeunes étaient les seuls à voter, le Brexit ne serait pas passé, Bernie Sanders serait probablement président. Malheureusement, les millenials ont également appris à « être réalistes », à ne pas se laisser aller à leurs rêves si ceux-ci sont plus gros qu’une belle voiture et une maison 4 façades.

Au fond, les millenials auraient aimé changer le monde mais sans prendre le risque de perturber leur petit confort bien douillet.

Ces millenials, dont je fais partie, sont coupables d’avoir oublié la masse qui n’a pas la chance d’être éduquée, qui n’a plus rien à perdre. Les révoltes progressistes et écologiques contre le pouvoir en place sont, fondamentalement, égocentriques et égoïstes. Nous luttons pour notre idéal sans tenir compte des autres réalités.

Enfermés dans nos bulles de confirmation par les algorithmes des réseaux sociaux, nous avons oublié une partie de l’humanité qui ne savait pas lire, pas écrire.

Une partie de l’humanité qui, ironiquement, s’est trouvée un champion qui personnifie tout ce contre quoi nous devrions nous unir : le profit sans scrupule, l’égotisme maladif, la haine, le rejet de la différence et le non-respect de l’autre.

Reconstruire nos rêves

Si nous ne devons retenir qu’une leçon de l’élection de Trump, c’est que l’ancien monde est mort. Que nous ne pouvons pas faire confiance aux politiciens, aux médias, aux sondages. Il est indispensable d’éteindre définitivement notre télévision, de refuser de consulter les médias financés par l’état et la publicité, d’apprendre à ne plus brader nos émotions.

Il est primordial d’arrêter d’élever le « journalisme » au rang d’outil rebelle au service de la démocratie. C’était le cas au 18ème siècle et les médias, comme les politiciens, tentent de nous garder dans ce passéisme suranné tout en nous poussant à la consommation. Les rares exceptions se reconnaissent : elles n’ont ni publicités ni subventions publiques.

Rendons-nous à l’évidence : les politiciens et les journalistes n’en savent pas plus que nous. Au contraire, ils sont fats, imbus de leur ignorance ! Mais ils sont persuadés d’avoir raison, de contrôler la réalité. Nous ne pouvons même plus leur accorder le bénéfice du doute et nous devons accepter que ces fonctions sont devenues essentiellement néfastes.

Mais nous ne pouvons plus non plus nous complaire dans nos bulles qui nous renforcent dans nos convictions. Il est nécessaire d’écouter les autres, de se confronter.

Aurons-nous la lâcheté de léguer le monde tel qu’il est aujourd’hui à nos enfants parce que nous nous limitons à ce qui est “réaliste” ? Aurons-nous l’honnêteté intellectuelle de leur dire que nous avons préféré consacrer notre énergie à payer une maison et une carte essence plutôt qu’à rendre le monde un tout petit peu meilleur ?

Il est urgent de réapprendre ensemble à lire, à écrire et, surtout, à rêver et à désobéir, même au risque de tout perdre. Le monde n’est-il pas façonné par ceux qui n’ont plus rien à perdre ?

 

Photo par Joel Penner.

Ce texte est a été publié grâce à votre soutien régulier sur Tipeee et sur Paypal. Je suis @ploum, blogueur, écrivain, conférencier et futurologue. Vous pouvez me suivre sur Facebook, Medium ou me contacter.

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Powered by VroumVroumBlog 0.1.32 - RSS Feed
Download config articles