Autoblog de ploum.net

Ce site n'est pas le site officiel de ploum.net.
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de ploum.net

L’argent doit-il être notre seul objectif ?

Thu, 01 Dec 2016 12:31:07 +0000 - (source)
6313618891_67776d3ecb_o

En tant qu’humains, nous fonctionnons avec des objectifs. La mesure liée à cet objectif, que j’appelle « observable », peut pervertir complètement le système au point de le détourner de son objectif initial. J’ai introduit le concept dans « Méfiez-vous des observables » mais sachez que, dans notre société, l’observable par défaut est l’argent.

L’amour, le couple et le restaurant

Comme je l’ai expliqué à travers la fable des voitures en Observabilie, nous vivons dans un monde dont certains aspects sont difficiles à quantifier. Nous nous rabattons alors sur des « observables », faciles à mesurer. Mais si une observable est même très légèrement décorrélée de l’aspect original, le fait de mesurer va amplifier cette décorrélation jusqu’à l’absurde.

« Toute utilisation d’une observable imparfaitement liée à un objectif va tendre à maximiser la décorrélation entre cette observable et l’objectif »

Prenons un exemple simple : si vous souhaitez augmenter l’amour dans votre couple, l’amour est une donnée difficilement mesurable. Par contre, si votre conjoint remarque que vous vous invitez mutuellement plus souvent au restaurant lorsque vous êtes amoureux, vous pouvez décider de prendre le nombre de sorties gastronomiques par mois comme observable de votre amour.

Après quelques temps, vous serez sans même en avoir conscience encouragé à aller au restaurant le plus possible. Idéalement tous les soirs !

Serez-vous pour autant plus amoureux ? Dans le meilleur des cas, rien n’aura changé. Dans le pire, vous pourriez même détruire votre couple par cette absurde obsession des restaurants, vous prendrez du poids et dilapiderez vos économies.

Cela semble évident dans ce cas de figure mais pourtant nous le reproduisons en permanence avec une observable presqu’aussi absurde que le nombre de sorties au restaurant par mois. Une observable devenue universelle. L’argent !

L’argent, notre principale observable

Toute notre société, toutes nos valeurs nous poussent à maximiser l’argent.

Telle personne prétend que sa priorité dans la vie est d’éduquer ses enfants et va tout faire pour… gagner de l’argent afin de payer une école privée même si cela implique d’aller travailler à l’étranger en ne voyant ses enfants qu’une fois par mois.

Une autre veut vivre paisiblement dans un coin tranquille et va, en conséquence, travailler très dur dans une grande ville pendant des décennies afin de… “gagner assez pour arrêter de travailler”.

Ces cas ne sont bien entendu pas universels et nombreuses sont les occasions où nous refusons un gain financier. Mais il est amusant de remarquer que lesdites occasions seront mûrement réfléchies et devront être justifiées de long et en large. Par défaut, gagner de l’argent est la situation la plus intéressante. Nous pousserons la perversité jusqu’à quantifier n’importe quoi, y compris notre bonheur, au moyen d’équivalents financiers.

L’argent est devenu une observable tellement universelle que même le bonheur se mesure en argent. Saviez-vous qu’aux États-Unis le fait de supprimer les trajets quotidiens maison-travail correspondait, en terme de bonheur, à une augmentation salariale de 40.000 dollars par an ? Le bonheur est donc quantifiable en dollars ? N’est-il pas choquant que l’un des arguments majeurs dans la prévention des suicides soit… le coût à la société d’un suicide (849.878 $ au Canada. C’est précis !) ? Une vie de moins importe peu. Par contre, si cela coûte, il faut agir !

Si nous voulons diminuer le nombre de suicide, ce serait uniquement pour économiser de l’argent !

Est-il tout simplement possible de convertir la douleur d’un suicide en une perte financière ? Et quelle conclusion devrait-on tirer si, par hasard, le calcul avait eu pour résultat qu’un suicide rapporte à la société ?

La disparition des abeilles est inquiétante ? Non, pas réellement. Mais il suffit d’affirmer que les pollinisateurs effectuent un travail évalué entre 2 et 5 milliards d’euros par an en France pour obtenir l’attention de l’auditoire. Ajoutons qu’ils créent 1.4 milliards d’emplois dans le monde et le tour est joué. Sans insectes pollinisateurs, nous crèverons littéralement de faim. Mais ce n’est pas grave. Ce qui est grave, ce serait de perdre des milliards d’euros et des emplois…

Même le manque de sommeil est monétisé et est estimé à 411 milliards de dollars par an pour l’économie américaine.

C’est d’ailleurs le piège dans lequel sont tombés les écologistes en prétendant que l’écologie était plus économique et permettrait de créer des emplois. Il suffit de leur répondre que, dans ce cas, le marché s’orientera naturellement vers la solution la plus écologique et qu’il ne faut surtout pas intervenir.

Tout comme compter le nombre de sorties au restaurant, l’argent est une observable bien pratique et, de plus, universelle. À quelques très rares exceptions, tous les êtres humains utilisent aujourd’hui de l’argent qui est convertissable en n’importe quelle autre monnaie.

L’impossibilité des objectifs multiples.

La sagesse populaire nous enseigne qu’à courir deux lièvres, on n’en attrape aucun. Et, inconsciemment, tout humain et toute institution humaine applique ce principe en ne maximisant qu’un seul et unique objectif.

Si plusieurs objectifs sont énoncés, tout le système optimisera l’objectif principal via son observable. Si cela permet d’atteindre également les autres objectifs, tant mieux. Sinon, et bien, par définition, un objectif secondaire cédera le pas face à l’objectif principal. Il s’ensuit que tout objectif secondaire est inutile : s’il est atteint, c’est par pure chance.

Or, comme nous venons de le voir, l’observable par défaut est l’argent. L’objectif par défaut devient donc le fait de s’enrichir.

On peut d’ailleurs remarquer que les personnes dont l’objectif principal n’est clairement pas s’enrichir détonnent dans notre société. Comme l’argent n’est qu’un moyen de subsistance pour eux, ils gagnent un strict minimum et se consacrent à un objectif qu’ils ont choisi en conscience. Ils paraissent rebelles, alternatifs, étonnants. Ironiquement, affirmer vouloir gagner de l’argent est souvent mal perçu. Gagner de l’argent est notre seul et unique objectif mais il faut le cacher, être hypocrite.

Sans une direction très forte et très claire posant une observable autre que l’argent, tout projet se tournera automatiquement vers le profit. Au mieux le projet deviendra commercial, au pire les membres s’entre-déchireront et tenteront de gagner ou de perdre le moins possible d’argent.

Créer un projet dont l’observable n’est pas l’argent implique donc un travail permanent d’affirmation d’un objectif principal et de l’observable qui lui est associée.

Si l’affirmation de cet objectif n’est pas assez forte, l’observable argent reprendra le dessus. Si l’observable commune manque ou est floue, les individus se baseront sur leur observable personnelle. Très souvent, il s’agira de l’argent. La cupidité individuelle détruira le projet ou, au moins, en détournera l’intention initiale.

Dans le monde du business et des entreprises, la question ne se pose même pas : le but d’une entreprise étant de faire de l’argent, tout autre objectif sera graduellement réduit et sera corrompu au moindre signe de conflit entre cet objectif secondaire et celui de gagner de l’argent. L’écologie, le bio, le social sont des exemples frappants : d’objectifs secondaires louables, ils sont devenus de simples arguments marketing, cachant parfois des pratiques d’un cynisme total. Dans le meilleur des cas, ces objectifs secondaires sont devenus des vœux pieux qui donnent bonne conscience aux travailleurs.

L’absurdité ultime : le PIB

Le parangon de l’absurdité des observables revient à la plus grande de nos institutions : l’état, pour qui l’observable principale est également devenu l’argent avec la mesure du PIB.

Je ne détaillerais pas l’absurdité du PIB, certains l’ont fait mieux que moi. Il suffit de savoir que si vous me payez 50€ pour creuser un trou et que je vous paye le même prix pour le reboucher, nous avons augmenté le PIB de 100€ alors que rien, absolument rien, n’a changé dans le monde. Ni le trou (qui est rebouché), ni nos comptes en banque respectifs.

Pourtant cette mesure est désormais celle qui contrôle absolument tout le reste. L’exemple le plus frappant nous vient de la Grèce : alors que la crise a poussé un nombre incalculable de grecs dans la misère la plus totale, que le taux de suicide est au plus haut et que la santé s’y détériore rapidement, personne ne s’en préoccupe réellement.

Mais que le gouvernement grec annonce peut-être prendre des mesures qui pourraient impacter le PIB des pays voisins et toute la classe politique s’indigne soudainement. Il faut vous y faire : votre seule utilité dans un tel système est de faire croître le PIB.

Identifiez l’objectif de votre interlocuteur

Une fois ce principe bien acquis, tout un univers qui semble absurde devient soudainement logique. Il suffit d’identifier l’objectif réel de votre interlocuteur. L’unique objectif d’un politicien, par exemple, sera d’être réélu. Toute action qu’il entreprend ne l’est que dans le seul et unique objectif de maximiser son observable : les voix reçues aux prochaines élections.

Tout argent public dépensé ne le sera donc que de deux manières possibles : soit parce que cela donne de la visibilité au politicien qui a pris la décision, soit parce que cela lui rapporte directement ou indirectement. C’est ce que j’ai appelé « la boucle d’évaporation ».

Tout employé payé à l’unité temporelle (heure, semaine, mois, …) aura pour unique objectif de justifier le temps qu’il passe. Si le travail se réduit au point de disparaître, l’employé fera tout, même inconsciemment, pour inventer une complexité permettant de justifier ce temps. Au contraire, toute personne payée au forfait aura pour unique objectif d’y passer le moins de temps possible.

Tout organe de presse financé par la publicité optimisera son fonctionnement pour maximiser l’exposition de son audience à la publicité. Si cette audience se mesure en “clics”, alors l’organe de presse se transformera en machine à générer des clics, quel que soient les idéaux sincères des personnes qui composent l’organe de presse.

Notons bien que tout ceci n’est ni positif, ni négatif. C’est juste un fait mécanique et, pour moi, inéluctable.

« Toute organisation humaine tend naturellement vers la maximisation du profit des personnes contrôlant l’organisation ».

Si vos objectifs sont en alignement avec ceux de votre interlocuteur, tout va très bien. Si par exemple vous souhaitez organiser un bal populaire, que vous demandez des subsides et que vous proposez à un politicien de devenir le « parrain » du bal et d’y faire un discours, vos objectifs seront alignés et vous obtiendrez plus que probablement le subside.

Et vous, quel est votre observable ?

L’argent est-il le seul et unique observable universel ? Peut-être. Dans tous les cas, c’est aujourd’hui le plus courant et le plus utilisé. Il faut donc en tenir compte sans le rejeter en bloc. Construire une société sans argent me semble une utopie irréalisable et probablement pas souhaitable.

Par contre, au niveau individuel, nous sommes bien peu à considérer l’argent comme le seul moteur de notre vie. Pourtant, par facilité, nous nous y abandonnons. Nous travaillons plus pour gagner plus. Nous repoussons les prises de risque qui pourraient nous faire perdre de l’argent.

Confronté à cette réalité, nous avons tendance à camoufler. À brandir des objectifs secondaires, des déclarations d’intention. À nous tromper nous-mêmes.

Mais alors, quel est l’observable de nos vrais objectifs personnels, ceux que nous n’avons jamais pris la peine d’explorer, de conscientiser ?

Car si nous voulons changer le monde et nous changer nous-même, il faut se fixer un réel objectif principal avec une observable digne de lui.

 

Photo par Glenn Halog.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Laprimaire.org, une expérience de démocratie

Sat, 26 Nov 2016 11:36:45 +0000 - (source)
3980024175_dbea388555_o

Étymologiquement, la démocratie signifie le pouvoir par le peuple. Elle s’oppose à l’aristocratie où le pouvoir est détenu par une minorité.

Dans la société d’aujourd’hui, force est de constater que ce que nous appelons démocratie n’en est pas une. Le pouvoir réel est toujours détenu par une minorité.

Mais, contrairement à une aristocratie traditionnelle héréditaire, l’aristocratie moderne est désormais choisie par le peuple à travers le processus électoral. Nous vivons dans une aristocratie démocratiquement représentative, le processus électoral nous permettant de nous affubler du titre de « démocratie ».

Les faiblesses des élections

Comme je le soulignais dans « Et si on tuait le parti pirate ? », se faire élire et être un élu sont deux métiers fondamentalement différents voire antagonistes. Ceux qui maîtrisent l’art de se faire élire vont conquérir le pouvoir et s’y maintenir, quelles que soient leurs actions. Notre système est donc complètement inféodé aux faiblesses du processus électoral choisi.

Deux qualités sont essentielles pour être élus : la popularité et l’accès à l’argent, l’argent permettant d’acheter la popularité à travers les campagnes électorales. L’élection va donc favoriser l’émergence de personnages riches, représentants les intérêts d’autres riches et étant maîtres dans l’art de l’apparence ou du détournement de l’attention à travers un programme aussi inutile que mensonger.

Les méthodes de calcul des résultats électoraux, elles-mêmes, vont avoir un poids définitif. Ainsi, le système à deux tours français va avoir tendance à tuer tout candidat favorisant le compromis ou l’innovation au profit de celui qui sera inacceptable pour 49% des électeurs mais suffisant pour 51%.

Aux États-Unis, le système des grands électeurs permet l’élection d’un président moins populaire que son adversaire. Deux fois (Bush vs Gore en 2000 et Trump vs Clinton en 2016), le gagnant ne l’est devenu qu’en emportant de manière très suspecte l’état de Floride.

Ce que nous appelons démocratie est donc un ensemble de règles donnant le pouvoir à celui qui saura le mieux les exploiter, légalement ou illégalement.

Le futur de la démocratie

Comme je le décris dans mes billets « Il faudra la construire sans eux » et « Obéir, lire, écrire, les trois apprentissages de l’humain », je pense que nous sommes arrivés à un tournant de l’histoire.

Après l’aristocratie et l’aristocratie démocratiquement représentative (plus communément appelée « démocratie »), il est temps de réinventer une nouvelle forme de gouvernance.

Selon moi, cette post-démocratie sera fondée sur les outils technologiques de son époque, à savoir Internet et la blockchain. Les expériences de démocratie liquide nous ouvrent la voie en ce sens.

Cependant, cette (r)évolution n’est pas encore là et il faut bien composer avec le système en place. Comment apporter de nouvelles idées dans un système structurellement construit pour favoriser le conservatisme ?

Le candidat Jean-Luc Mélenchon, par exemple, promet s’il est élu de former une assemblée constituante puis de démissionner. Dans l’idée, c’est évidemment magnifique. Mais Mr Mélenchon reste un homme politique traditionnel issu d’un parti traditionnel cherchant avant tout à défendre des valeurs. Cette défense de valeurs pourrait être en conflit avec la mise en place d’un nouveau système.

L’expérience de laprimaire.org

Tenter d’utiliser les outils modernes pour perturber, même légèrement, le système en place, c’est exactement ce que tente de faire laprimaire.org pour les élections présidentielles françaises de 2017.

Le principe est assez simple : un règlement fixé à l’avance pour désigner un candidat unique, un candidat issu du net et choisi par tous les citoyens qui le souhaitent.

Début 2016, tout citoyen français pouvait se déclarer candidat. Afin d’être sélectionné pour le second tour, il fallait obtenir 500 soutiens d’autres citoyens français. Une barrière arbitraire, certes, mais facilement franchissable pour qui avait la motivation de devenir réellement candidat.

Sur 215 candidats déclarés, ils furent 16 à passer le cap des 500 soutiens. Tous les citoyens inscrits sur laprimaire.org ont ensuite été appelés à choisir leurs 5 candidats préférés parmi les 16 qualifiés à travers un processus se basant sur le « jugement majoritaire ».

De ces 5 candidats, un seul sera finalement choisi comme le candidat de laprimaire.org pour se présenter réellement aux présidentielles. Mais les organisateurs avaient fixé une limite minimale de 100.000 citoyens inscrits avant de poursuivre l’aventure.

Ils sont actuellement près de 97.000. Alors, si vous êtes citoyen français, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour voir se présenter un candidat à la présidentielle issu non pas d’un parti mais bien d’un processus citoyen innovant.

Même si ce candidat n’a aucune chance, sa simple présence sur les bulletins de vote assurera une incroyable publicité au fait que, oui, Internet permet désormais un nouveau mode de gouvernance. Que nous avons faim de remises en question, d’idées nouvelles, d’explorations. Que nous souhaitons prendre en main notre destin !

Laprimaire.org n’est certainement pas parfaite mais c’est une expérience réelle qui innove, qui essaie et qui s’ouvre à toute les tendances politiques. Étant belge, je ne peux participer mais je recommande chaudement à mes lecteurs français de s’inscrire.

Vite, il ne vous reste que deux semaines !

 

Photo par Will Keightley.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Obéir, lire, écrire : les trois apprentissages de l’humain

Wed, 23 Nov 2016 13:37:37 +0000 - (source)
535425592_df9ed166a1_o

Comme je le soulignais dans « Il faudra le construire sans eux », l’humanité est passée par plusieurs étapes liées à l’écriture. Chaque étape a modifié notre conscience de nous-même et le rapport que nous entretenons avec la réalité.

Au commencement

Durant la préhistoire, l’humanité est dans sa petite enfance. Sans écriture, l’information est mouvante, sujette à interprétation. La transmission se fait de manière floue, interprétée et adaptée. La vérité n’existe pas, tout est sujet à interprétation.

Le terme « préhistoire » n’est pas anodin. Les humains n’ont en effet pas la conscience de faire partie de l’histoire, d’une évolution. Ils vivent dans le moment présent.

Cette situation est comparable à celle d’un nouveau-né qui réagit par réflexe aux stimuli extérieurs mais sans conscientiser son existence et ni celle d’une réalité extérieure.

Obéir, le premier apprentissage

Avec l’invention de l’écriture apparaît la notion d’une réalité extérieure immuable, la vérité. Ce qui est écrit ne peut être modifié et, contrairement aux souvenirs ou à la transmission orale, permet la création d’une vérité immuable. Comme toute innovation technologique importante, l’écriture est parfois perçue comme magique, surhumaine.

De la même manière, un enfant comprend que les adultes détiennent un savoir que lui ne possède pas. Il apprend donc à obéir à l’autorité.

Pour l’humanité, l’écriture est un instrument d’autorité à la fois géographique (les écrits voyagent) et temporel (les écrits se transmettent). L’écrit est donc perçu comme étant la vérité ultime, indiscutable. Comme pour un enfant à qui on raconte des histoires, la fiction et l’imaginaire sont des concepts incompréhensibles.

Lire, le second apprentissage

L’imprimerie provoque un véritable bouleversement. Pour la première fois, les écrits deviennent accessibles au plus grand nombre. L’humain apprend à lire.

Le fait de lire permet de prendre conscience que tout écrit doit être interprété. Face à différentes sources parfois contradictoires, le lecteur comprend qu’il doit reconstruire la vérité en utilisant son esprit critique. L’impression de la bible, par exemple, aura pour conséquence directe la naissance du protestantisme.

Si l’imprimerie a permis de diffuser l’information, seule une minorité contrôlait ce qui était imprimé. Cette compréhension du rôle fondamental de l’écriture a d’ailleurs conduit au copyright, outil de censure créé dans le seul et unique but de s’assurer que rien de ce qui était imprimé ne remettait en cause le système (et non pas pour protéger les auteurs).

Comme nous l’a montré la révolution française, le copyright n’a pas été un garde-fou suffisant. La technologie l’a emporté, l’autorité suprême est rejetée au profit du débat et du consensus. Du moins en apparence. L’individu devient citoyen. Il n’accepte plus une autorité arbitraire mais uniquement celle qu’il a choisi (ou qu’il a l’impression d’avoir choisi). C’est l’avènement de la démocratie représentative et de son apanage direct, la presse.

L’enfant apprend à désobéir, à questionner l’autorité et à se faire sa propre opinion. Il n’est pas encore autonome mais souvent rebelle. C’est l’adolescence.

Écrire, le troisième apprentissage

Avec l’apparition d’Internet et des réseaux sociaux, écrire, être diffusé et lu devient soudain à la portée de n’importe quel individu.

Que ce soit pour commenter un match de football, partager une photo ou ce texte, tout être humain dispose désormais de la faculté d’être lu par l’humanité entière.

L’adolescent a grandi et partage son opinion avec d’autres. Il enrichit le collectif et s’enrichit lui-même de ces échanges. Il devient le créateur de sa propre conscience, une conscience qu’il perçoit comme s’insérant dans un réseau d’autres consciences, parfois fort différentes de la sienne : l’humanité.

L’autorité, même choisie, n’est plus tolérable. Chaque humain étant en conscience, il veut pouvoir décider en direct, être maître de son propre destin tout en s’insérant dans la société. C’est un mode de gouvernance qui reste à inventer mais dont on aperçoit les prémices dans la démocratie liquide.

Selon moi, une conscience globale ne sera donc atteinte que lorsque chaque humain sera lui-même pleinement conscient de son libre arbitre et de sa contribution à l’humanité. Qu’il aura la volonté d’être maître de son destin tout en ayant la maturité pour s’insérer dans une société qu’il co-construit.

Le déséquilibre de l’écriture sans lecture

Obéir, lire, écrire. Trois étapes indispensables à la création d’une conscience autonome et responsable.

Le problème est que, pour l’autorité, il est préférable de garder les humains dans le stade de l’obéissance, de la croyance en une seule vérité immuable et indiscutable. La démocratie représentative n’est alors qu’une façade : il suffit de rendre les électeurs obéissants en ne leur apprenant pas à « lire ».

Avec la généralisation des réseaux sociaux, des humains accèdent directement à l’écriture sans jamais avoir appris à « lire », à être critiques. Ils sont confrontés à des débats, à des opinions divergentes, à des remises en question pour la première fois de leur vie.

Comme je l’explique dans « Le coût de la conviction », cette confrontation est souvent violente et conduit au rejet. Les personnes concernées vont se contenter de hurler leur opinion en se bouchant les oreilles.

La solution la plus pertinente serait de patiemment tenter de mettre tout le monde à niveau, d’enseigner la lecture et l’esprit critique.

Le dangereux attrait de l’autoritarisme

Malheureusement, nous sommes enclins à tomber dans nos travers. Ceux qui écrivent ont tendance à se considérer comme supérieurs et ne veulent pas que d’autres puissent apprendre à lire.

Le fait de pointer Facebook et Google dans la propagation de « Fake News » va exactement dans cette direction. Facebook et Google sont intronisés détenteur de la vérité ultime comme l’étaient les médias. En leur demandant explicitement de traiter différemment les “fake news” et les “real news”, nous leur donnons le pouvoir de contrôler ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, nous leur demandons de contrôler la réalité.

Est-ce souhaitable ?

Je pense que ce serait une véritable catastrophe. Au contraire, nous devons être sans cesse confronté à des informations contradictoires, à des nouvelles qui contredisent nos croyances, à des réflexions qui démontent nos convictions.

Nous devons réaliser que les médias à qui nous avons délégué ce pouvoir de vérité sont mensongers et manipulateurs, même inconsciemment. Ils gardent jalousement l’écriture et sont donc devenus des obstacles à l’évolution de l’humanité.

Si nous voulons sortir de l’obéissance aveugle, nous devons apprendre à critiquer, à accepter nos erreurs. Nous devons apprendre à lire et à écrire !

Désobéir, lire, écrire…

 

Photo par David Fielke.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


La conscience et la fragilité de la vie

Sat, 12 Nov 2016 14:36:10 +0000 - (source)
3123510430_799e9bca0f_o

Si on prend la peine d’y réfléchir, notre vie est un incroyable équilibre, une formidable symbiose entre des milliards de cellules.

Chacune est unique, périssable, remplaçable et pourtant toutes sont dépendantes des autres pour exister. Les cellules n’existent que grâce à l’entité supérieure qu’elles forment : un être humain !

Que cette fragile harmonie entre des milliards d’individus se rompe et, aussitôt, c’est le corps tout entier qui souffre. Que quelques cellules décident de ne plus collaborer, d’entrer dans une égoïste croissance incontrôlée et c’est la personne entière qui est atteinte d’un cancer.

Lorsque le déséquilibre devient trop grand, que la symphonie se transforme en fausses notes, vient l’heure de mourir.

La mort signifie la fin de la coopération. Les cellules vivent encore mais ne peuvent plus compter sur les autres. Elles sont condamnées à disparaître, à pourrir.

Le corps devient rigide, froid. Les cellules qui le composent s’éteignent petit à petit. Certaines ne veulent pas l’accepter mais il est trop tard. La conscience a disparu, le corps est condamné.

L’agonie se transforme en repos, le râle en silence, les convulsions en immobilité. La moite et étouffante chaleur est devenue un courant d’air. La vie s’en est allée.

Attendez !

Si on prend la peine d’y réfléchir, l’humanité est un incroyable équilibre, une formidable symbiose entre des milliards d’individus.

Que quelques personnes décident de ne plus collaborer, d’amasser au détriment des autres et c’est la planète entière qui est atteinte d’un cancer.

Mais contrairement à un corps, l’humanité n’est pas encore arrivé au stade de la conscience. Nous pouvons encore la sauver, soigner les terribles cancers qui la rongent.

Si nous pouvons compter l’un sur l’autre, si nous pouvons collaborer, considérer chaque être humain comme une cellule indispensable d’un seul et unique corps, alors, l’humanité survivra.

Pour survivre, nous n’avons sans doute pas d’autre choix que de créer et devenir la conscience de l’humanité.

 

À ma mamy, décédée le 15 octobre 2016. Photo par Sarahwynne.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


(Ré)Apprendre à rêver

Thu, 10 Nov 2016 07:50:32 +0000 - (source)
2125521494_781248b8b3_b

Nous étions satisfaits d’avoir appris à lire et à obéir. Après le Brexit, la victoire de Trump vient douloureusement nous rappeler que nous devons apprendre à réfléchir ensemble. Apprendre à douter et à construire. À écrire, à penser et à remettre en question notre petit confort mondain.

Le pouvoir de l’écriture

Comme je l’expliquais dans « Il faudra le construire sans eux », je pense que l’humanité est rythmée par les technologies de l’information.

L’écriture nous a donné le concept d’histoire, de vérité, de transmission. Avec l’apparition de l’écriture est également apparue l’autorité centralisée, le pouvoir. L’humain a appris à obéir afin de coopérer.

Mais la lecture restait l’apanage des puissants.

L’imprimerie bouleversa complètement cette structure en apprenant à l’humanité à lire. Désormais, tout le monde, ou presque, pouvait lire, apprendre, découvrir de nouvelles idées.

Le pouvoir s’en trouva modifié. Il prit le nom trompeur de démocratie mais resta concentré dans les mains d’une minorité, ceux qui pouvaient écrire. Écrire les lois. Écrire la vérité telle qu’elle devait être à travers la presse puis les médias.

Avec Internet, chaque humain se retrouva soudainement en mesure d’écrire. Chaque humain avait désormais le pouvoir de façonner la vérité, sa vérité.

Mais, comme les rois et empereurs avant eux, les présidents et autres dirigeants furent incapables de percevoir ce changement qui les déstabilisait et qui ne pouvait que les détrôner.

Bouffie d’impunité et d’arrogance, la classe politicienne se complaisait dans sa réalité qu’elle façonnait avec la complicité des médias et de la presse. La réalité n’était-elle pas sous leur contrôle ?

Ils brassaient l’argent et l’économie mondiale, ils façonnaient une réalité qu’ils croyaient universelle et étaient à ce point déconnectés des autres réalités qu’ils ne pouvaient plus en imaginer l’existence.

Ce n’est donc pas une surprise qu’ils ne virent pas que le reste de l’humanité apprenait à écrire et à se passer d’eux.

Une révolte ? Une révolution !

Lorsque des tentatives de changement voyaient le jour, le pouvoir les étouffait ou, confiant, les laissait mourir afin de servir d’exemple. La technique était simple : se convaincre et convaincre les autres que le changement était impossible, voué à l’échec. Que les réponses apportées étaient indiscutables.

Aux États-Unis, par exemple, un réel mouvement progressiste tenta de porter Bernie Sanders à la présidence. L’homme inspirait la passion et, comme Michael Moore, je suis convaincu qu’il aurait gagné contre n’importe quel adversaire. Il représentait l’espoir d’une génération qui avait appris à lire et qui voulait désormais se mettre à écrire.

Mais Hillary Clinton parvint à convaincre tous les partisans qu’un tel changement était impossible, qu’écrire, c’était bien, mais que la lecture était suffisante pour la majorité.

Les jeunes, les intellectuels, les penseurs critiquaient Hillary Clinton mais se pliaient à la réalité qu’on leur avait tellement bien inculquée. C’est beau de rêver mais les sondages et les médias ont toujours raison. Les politiciens ne sont pas parfaits mais ils savent ce qui est bien pour nous.

À l’époque, j’avais dit que les démocrates regretteraient amèrement d’avoir détruit Sanders, qui représentait leur meilleure chance. Puis, je me suis moi-même plié à cette réalité. J’étais persuadé que le Brexit ne passerait pas, que Trump serait défait. J’ai été un parfait petit représentant de cette frange éduquée et indignée qui se résigne.

Mais toutes ces considérations n’atteignaient pas les franges de la population qui avaient toujours été oubliées, spoliées. La masse qui a soudainement appris à écrire avant même de savoir lire.

Dans une leçon magistrale, cette masse a refusé de se plier aux injonctions d’une réalité que, de toutes façons, elle ne comprenait pas. Insensible à la raison, à la logique, elle démontre qu’il n’est pas nécessaire de se plier à une réalité imposée.

La résignation des millenials

Si les « millenials » et les jeunes étaient les seuls à voter, le Brexit ne serait pas passé, Bernie Sanders serait probablement président. Malheureusement, les millenials ont également appris à « être réalistes », à ne pas se laisser aller à leurs rêves si ceux-ci sont plus gros qu’une belle voiture et une maison 4 façades.

Au fond, les millenials auraient aimé changer le monde mais sans prendre le risque de perturber leur petit confort bien douillet.

Ces millenials, dont je fais partie, sont coupables d’avoir oublié la masse qui n’a pas la chance d’être éduquée, qui n’a plus rien à perdre. Les révoltes progressistes et écologiques contre le pouvoir en place sont, fondamentalement, égocentriques et égoïstes. Nous luttons pour notre idéal sans tenir compte des autres réalités.

Enfermés dans nos bulles de confirmation par les algorithmes des réseaux sociaux, nous avons oublié une partie de l’humanité qui ne savait pas lire, pas écrire.

Une partie de l’humanité qui, ironiquement, s’est trouvée un champion qui personnifie tout ce contre quoi nous devrions nous unir : le profit sans scrupule, l’égotisme maladif, la haine, le rejet de la différence et le non-respect de l’autre.

Reconstruire nos rêves

Si nous ne devons retenir qu’une leçon de l’élection de Trump, c’est que l’ancien monde est mort. Que nous ne pouvons pas faire confiance aux politiciens, aux médias, aux sondages. Il est indispensable d’éteindre définitivement notre télévision, de refuser de consulter les médias financés par l’état et la publicité, d’apprendre à ne plus brader nos émotions.

Il est primordial d’arrêter d’élever le « journalisme » au rang d’outil rebelle au service de la démocratie. C’était le cas au 18ème siècle et les médias, comme les politiciens, tentent de nous garder dans ce passéisme suranné tout en nous poussant à la consommation. Les rares exceptions se reconnaissent : elles n’ont ni publicités ni subventions publiques.

Rendons-nous à l’évidence : les politiciens et les journalistes n’en savent pas plus que nous. Au contraire, ils sont fats, imbus de leur ignorance ! Mais ils sont persuadés d’avoir raison, de contrôler la réalité. Nous ne pouvons même plus leur accorder le bénéfice du doute et nous devons accepter que ces fonctions sont devenues essentiellement néfastes.

Mais nous ne pouvons plus non plus nous complaire dans nos bulles qui nous renforcent dans nos convictions. Il est nécessaire d’écouter les autres, de se confronter.

Aurons-nous la lâcheté de léguer le monde tel qu’il est aujourd’hui à nos enfants parce que nous nous limitons à ce qui est “réaliste” ? Aurons-nous l’honnêteté intellectuelle de leur dire que nous avons préféré consacrer notre énergie à payer une maison et une carte essence plutôt qu’à rendre le monde un tout petit peu meilleur ?

Il est urgent de réapprendre ensemble à lire, à écrire et, surtout, à rêver et à désobéir, même au risque de tout perdre. Le monde n’est-il pas façonné par ceux qui n’ont plus rien à perdre ?

 

Photo par Joel Penner.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Printeurs 41

Fri, 04 Nov 2016 12:17:07 +0000 - (source)
1129762330_08ea8320f0_b
Ceci est le billet 41 sur 41 dans la série Printeurs

Nellio, Eva, Max et Junior se sont engoufrés dans une voiture un peu particulière.

— Bon sang, mais c’est une voiture de flics !
— Et oui, fait Junior avec un sourire désarmant. J’ai l’avantage de connaître tous leurs petits points faibles.

Utilisant sa main nouvellement greffée, Junior pianote sur l’écran et, d’une pression, valide la destination. Des instructions s’affichent mais, curieusement, la voiture ne bouge pas. Junior s’empare alors d’un curieux objet circulaire et…

— Accrochez-vous les gars, Junior est au commande !
— Junior, ne me dit pas que tu pilotes ce truc en mode manuel !
— Et oui mon pote, les voitures des policiers d’élite sont avant tout manuelles, pour éviter tout brouillage ou piratage trop simple. J’ai appris à conduire même, si je vous l’avoue, c’est la première fois que je le fais sans avatar !

Max se tourne vers moi.
— En mode manuel, les voitures n’identifient pas les occupants. Ne me demande pas pourquoi, sans doute un vieux bug informatique. Mais cela va nous permettre de gagner du temps et d’arriver au siège du conglomérat avant d’être repérés.
— Et une fois là-bas, on fait quoi ?

Le silence se fait un instant dans l’habitacle.
— On improvise, répond Eva d’une voix très douce. Mais je pense qu’on ne nous laissera pas beaucoup de choix.

Une froide distance semble s’être installée entre Eva et moi. Je n’arrive plus à la percevoir, à la comprendre. J’ai face à moi une étrangère, une inconnue. J’aimerais faire un geste, lui demander des explications, lui montrer de l’empathie mais je ne fais que croiser son regard fuyant, son front contracté, ses lèvres serrées.

Maladroitement, je fais un geste vers elle, je la touche. Elle sursaute mais ne se retourne pas. J’ai l’étrange impression d’être à la fois victime et coupable, de devoir m’excuser après avoir été humilié.

— Eva, dis-je doucement. Est-ce que tu pourrais m’expliquer ce que je suis le seul à ne pas comprendre ? Que sont ces outils de masturbation à ton effigie ?

— Masturbation, c’est peut-être pas le mot que j’aurais employé, nous interrompt Max. Avec le projet Eva, la différence entre la masturbation et le coït devient vraiment ténue. Il s’est toujours dit que les réels progrès technologiques se faisaient d’abord dans l’industrie du porno. Nous n’avions juste pas pensé à appliquer la loi de Turing à cette règle.

— Tu veux dire, fais-je en déglutissant, que l’on pourra considérer l’intelligence artificielle comme douée de raisonnement le jour où les humains feront l’amour à un robot sans le savoir ?

— Quelques choses dans le genre, oui. Et j’avoue que, de ce côté là, le projet Eva est incroyablement innovant et surprenant. Je ne suis pas sûr que les créateurs se soient vraiment rendu compte de ce qu’ils faisaient.

— Ils ne se sont rendu compte de rien, je le garantis, intervient brusquement Eva. Ils n’ont fait que suivre mes instructions. Du moins au début… Avant…

Max semble aussi surpris que moi. Nous n’avons pas le temps d’esquisser un geste qu’une brusque secousse nous projette les uns contre les autres dans la voiture.

— Ah oui, accrochez-vous, nous lance Junior, hilare ! Le mode manuel est généralement un peu moins fluide et beaucoup plus dangereux que la conduite automatique traditionnelle !

Une embardée particulièrement violente projette mon front contre le nez d’Eva. Son visage reste fixe, sans émotion mais une goutte de sang perle le long de sa narine et vient s’étaler sur sa lèvre supérieure. Machinalement, Eva porte un doigt à sa bouche, le frotte et le contemple longuement avant de me jeter un regard étonné, comme apeuré.

— Du sang ! Est-ce que tu…

— Non, fais-je en me dépêtrant de la situation inconfortable dans laquelle je suis tombée. Je n’ai rien. Il s’agit de ton sang.

— Mon sang ? Mon sang ?

Sa surprise me parait étrange mais Junior, concentré sur sa route, ne me laisse pas le temps d’investiguer.

— Waw, ça revient vite la conduite manuelle. Désolé pour les chocs mais y’a du traffic. J’espère qu’on ne va pas tomber sur un autre attentat !

Tout en donnant de violents coups de volant, il continue à grommeler dans sa barbe.

— Saleté de califat. On aurait dû les atomiser depuis longtemps.

Max éclate de rire.

— Parce que tu penses vraiment que ce califat islamique est derrière ces attentats ?

— Bien sûr, qui d’autre ?

— N’importe qui ! Quoi de plus facile que de créer un ennemi virtuel qui aurait tous les attributs que la majorité déteste mais qui séduiraient les plus psychopathes d’entre nous ?

Junior sursaute.

— Hein ? Mais quel serait l’intérêt ?

— Facile, continue Max de sa voix douce et convaincante. Un ennemi commun qui unit le peuple sans discussion, qui fait que tout le monde se serre les coudes. Sans compter que les attentats créent beaucoup d’emplois : les morts qu’il faut remplacer, les dégâts à réparer, les policiers pour sécuriser encore plus les périmètres. Ton boulot, tu le dois principalement aux attentats !

— Tu voudrais dire que le califat serait inventé de toutes pièces ? Mais comment seraient recrutés les terroristes ? Ça n’a pas de sens !

— Le califat existe, intervient brutalement Eva. Son existence pose d’ailleurs de plus gros problèmes que de simples attentats. Il est le reliquat animal de l’humanité, cette partie sauvage qui est en chacun de nous et que nous refusons de voir, ce fragment de notre inconscient collectif qui nous transforme en bêtes féroces ne pensant qu’à tuer et à copuler pour propager nos gênes.

— Copuler ? Au califat ? Ils sont plutôt rigoristes là-bas, fais-je avec un pauvre sourire.

Eva me darde de son regard noir.

— Justement ! Le rigorisme n’est que l’apanage des pauvres, la façade. Les puissants, eux, disposent de harems. Le califat est encore à un stade de l’évolution où le mâle tente de multiplier les femelles afin de les ravir aux autres mâles. Cette compétition accrue entre les mâles les rend fous et prêt à n’importe quel acte insensé, même au suicide. Quand aux femmes, elles ne sont que du cheptel et traitées comme tel.

— Heureusement que nous n’en sommes plus là. L’égalité entre les hommes et les femmes…

Je n’ai pas le temps de terminer ma phrase qu’Eva m’interrompt, au bord de l’hystérie. Elle hurle, sa voix résonne comme une sirène dans l’étroit habitacle de la voiture.

— Tu penses que nous avons progressé ? Que nous valons mieux qu’eux ? La vue de l’usine ne t’a pas suffi ? Pourquoi crois-tu que j’ai été fabriquée ?

Je reste un instant bouche bée. Le silence s’est brutalement installé.

— Fabriquée ? Que veux-tu dire Eva ?

Photo par Andy Rudorfer.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Le mas aux mannequins

Mon, 31 Oct 2016 15:29:37 +0000 - (source)
14327861786_f93266844f_k

La petite route grimpait en zigzaguant sous un soleil de plomb. Depuis la sortie du village, nous voguions dans une atmosphère de grillons, d’habitacle surchauffé et de crissement de bitume fondu.

– D’après le plan, c’est au bout de cette route, m’annonça ma femme en épongeant la sueur qui ruisselait sur son front.
— J’espère car nous venons de dépasser le bout du monde, dis-je avec un énervement perceptible.

Mon corps ankylosé hurlait contre les kilomètres parcourus, contre la soif, la chaleur. J’arrêtai la voiture devant une vieille grille en fer forgé. Un panneau récent annonçait, entre deux autocollants de guides touristiques et un logo de la fédération des chambres d’hôte :

« Le Mas des Cévennes »

– Au moins, ils ont fait dans l’originalité, murmura ma femme en allant écarter les grilles avant de revenir immédiatement se rasseoir dans la voiture.

Les graviers crissaient sous nos pneus et, au détour d’un grand pin, une énorme bâtisse de crépis beige apparut. Des dizaines de fenêtres constellaient la façade sur trois étages. La porte d’entrée, étonnement étroite eu égard au gigantisme du bâtiment, s’ouvrit. Une dame entre deux âges, vêtue d’un tailleur rouge et d’un grand chapeau de paille, apparut et se mit à descendre les quelques marches qui conduisaient au parking.

— Bienvenue au Mas des Cévennes, nous lança-t-elle gaiement. Vous devez être Monsieur et Madame S. ?

Nous acquiesçâmes silencieusement et elle continua sa péroraison de bienvenue.

— J’ai bien reçu votre réservation, je vous ai gardé la chambre du pigeonnier. La plus romantique pour un couple ! Puis-je vous aider à monter vos bagages ?

Elle s’empara d’un de nos plus petits sacs et nous ouvrit le chemin en claudiquant. Pris de pitié, je repris le sac en lui assurant que je monterai les bagages moi-même.

La porte d’entrée ouvrait sur un étroit couloir où un lambris de bois blanc cédait la place, à mi-hauteur, à du velours cramoisi. Une petite console offrait des prospectus sur les différentes activités de la région. À côté, un jeune garçon en culottes courtes et en chapeau se tenait, le regard fixe.

Il me fallu quelques secondes pour réaliser qu’il s’agissait d’un mannequin, du type de ceux qu’on rencontre dans les magasins de vêtement.

Au fond du couloir, assise sur une chaise, se tenait une petite fille affublé d’une robe et d’un chapeau de voiles. Un mannequin elle aussi.

— C’est un ancien pensionnat, expliqua notre hôte. Nous l’avons restauré, mon mari et moi, pour le transformer en partie en chambres d’hôte. J’espère que vous vous y plairez.

Le couloir donnait sur un majestueux escalier de marbre et de porphyre. Tenant la rampe, un mannequin homme vêtu d’une chemise bleu claire semblait nous indiquer la direction. Dans l’embrasure d’une grande fenêtre, un mannequin femme vêtue d’une robe flamenco se prélassait langoureusement. Les murs étaient couverts de peintures grossières représentant des paysages locaux ou des portraits. Dans chaque tableau, le vermillon, l’incarnat et l’écarlate dominaient.

— Le pigeonnier est notre chambre la plus originale mais elle a le défaut d’être au dernier étage. Il va falloir monter…

Je fis comprendre à notre guide que le sport ne nous rebutait pas. Interceptant le regard interrogateur que je posais sur les tableaux, elle se méprit et le confondit avec de l’intérêt.

— C’est moi qui peint, minauda-t-elle avec une certaine fierté. Je m’occupe également de la décoration intérieure. Mais j’espère avoir la chance de vous faire découvrir mon processus créatif.

Sur cette dernière phrase, sa voix avait pris une intonation inquiétante, presque cruelle. Ma femme et moi nous lançâmes un regard horrifié.

Arrivés sur le palier du deuxième étage, où se trouvait un mannequin de jeune fille, les bras étendus comme une somnambule, nous marquâmes une pause. L’étrange dame nous ouvrit une porte dont elle nous tendit la clé. Un étroit escalier de bois montait vers une trappe.

— Voici votre chambre, annonça-t-elle en gravissant les dernières marches.

Le pigeonnier portait bien son nom. La chambre occupait une véritable tourelle au-dessus des toits du bâtiment. Une terrasse permettait d’observer le panorama, depuis le village, en contrebas, jusqu’aux monts qui nous entouraient et derrière lesquels le soleil venait de disparaître.

– Il est déjà tard. Souhaitez-vous dîner ? nous demanda notre hôte. Je vous laisse vous installer. Vous trouverez facilement la salle à manger, elle est au rez-de-chaussée.

Elle tourna les talons et s’engagea difficilement dans l’escalier avant de s’arrêter et nous lancer une dernière précision.

— Au fait, le bâtiment n’est pas entièrement restauré. Je vous demande de ne pas tenter d’ouvrir les portes autres que celle de votre chambre. Certaines ferment mal et donnent sur des pièces inhabitées.

Sur ces mots, elle disparu dans la trappe.

— Qu’en penses-tu ? demandai-je à ma femme tout en défaisant machinalement la valise.
— Qu’elle a autant de talent pour la peinture qu’une vache espagnole.
— Et encore, ce n’est rien comparé à son talent pour la décoration.
— C’est différent. Sa décoration, c’est vraiment glauque.
— Oui, cette femme est assez effrayante. Quand elle a parlé de son processus créatif, j’ai frémis.
— Moi aussi, fis ma femme. Je nous suis imaginés forcés de passer une après-midi et une soirée à la regarder barbouiller ses croutes tout en faisant semblant d’apprécier cela.
— Quelle horreur ! En tout cas, personne n’en parlait dans les commentaires AirBnB.
— Tu oserais le faire, toi ?

Nous éclatâmes de rire et descendîmes jusqu’à la salle à manger.

La pièce était occupée par un couple et deux enfants. Les salutations faites, nous apprîmes qu’ils étaient canadiens, qu’ils étaient là depuis une semaine et comptaient encore rester quelques jours.

Après avoir marqué le minimum d’intérêt requis pour ne pas être complètement grossiers, nous nous installâmes à la table la plus éloignée.

– Ils sont gentils, murmurai-je.
— Oui mais très ennuyeux.
— Comment le sais-tu ? demandai-je, surpris.
— Ils sont ici depuis une semaine et comptent encore rester. Dans ce trou ! Pour trois jours, c’est parfait. On se repose, on dort, on lit, on fait l’amour. Mais après, on se tire ! Passer dix jours avec des enfants dans le trou de cul du monde, ça doit être déprimant au possible !
— Je pense qu’ils se rattrapent dans le choix de leurs vêtements. Vise un peu la chemise du mec : bleue avec des fleurs jaunes et des palmiers ! Quelle horreur !
— Les casquettes des deux gamins ne sont pas mal non plus !

Le repas fut vite expédié et nous remontâmes immédiatement dans notre pigeonnier. De nuit, l’escalier aux mannequins dégageait une inquiétante oppression que les ampoules peinaient à dissiper.

Au fond de chaque couloir, les portes fermées suintaient le mystère et l’interdit. Les vilaines croutes nous dardaient de leur regard mal dégrossi.

Nous regagnâmes avec soulagement l’étroite douceur de notre chambre. Tandis que mon épouse s’affairait dans la salle de bain, je fis quelques pas sur la petite terrasse qui surplombait les toits de tuiles du bâtiment.

En contrebas se dessinait le village. Quelques échos d’une fête locale nous parvenaient à travers l’omniprésence des grillons. La soirée semblait paisible et n’était interrompue que par quelques battements de cloche un peu rouillés issus d’une vieille église.

Je lançai un sourire joyeux aux étoiles. La décoration un peu particulière mise à part, l’endroit semblait idéal pour quelques jours de repos. Bien que petite, la chambre était confortable et étonnamment sobre. La vue sur la vallée était superbe.

Après mes propres ablutions, je me glissai dans les draps de coton et m’endormit aussitôt, bercé par la respiration de ma compagne.

J’ouvris brusquement les yeux. Il faisait encore nuit. Je n’avais aucune idée de l’heure mais les vagues rumeurs de la fête semblaient s’être tues.

Mes sens étaient aux aguets. Mon cœur battait.

Avais-je rêvé ?

Il me semblait avoir entendu un cri, suivi d’un craquement.

Je fis quelques pas sur la terrasse. Tout semblait calme. Alors que j’allais me recoucher, maudissant le trop grand réalisme de mes rêves, j’entendis un second cri, immédiatement étouffé. Un rire ? Un pleur ? Je n’aurai pas pu le dire.

Décidant d’en avoir le cœur net, j’empruntai prudemment l’étroit escalier et ouvrit notre porte pour me retrouver sur le palier de l’étage.

À tâtons, je me mis à descendre le grand escalier de marbre. Ma main chercha à s’appuyer sur le mur et rencontra une surface gluante et humide. J’étouffai un cri avant de me rendre compte que j’avais touché un tableau. Pourtant, j’aurai juré qu’il n’y en avait pas aussi près de notre porte.

Le fait qu’il soit humide signifiait sans doute qu’il venait d’être achevé et accroché.

« Quelle bizarrerie, pensai-je, de peindre de nuit et d’accrocher immédiatement ses œuvres. »

Il est vrai que notre hôte nous avait parlé de son processus créatif particulier. Mais de là à… Enfin, cette méthode expliquait certainement les si piètres résultats.

Descendant d’un étage en me tenant à la rampe, je failli hurler lorsque je sentis des doigts toucher le dos de ma main. Mais mes yeux désormais habitués à la pénombre distinguèrent nettement des mannequins. Je m’approchai pour les contourner et tenter de découvrir la source du bruit.

Balayant le couloir du regard, tous les sens aux aguets, mon attention exacerbée par la pénombre, mes yeux se s’arrêtèrent sur les mannequins que je venais de toucher.

Je sentis une bouffée de panique m’envahir.

Quatre à quatre, je remontai les marches et fit irruption dons le pigeonnier. Sans prendre la peine de lui expliquer quoi que ce soit, je tirai ma femme par le bras et la fit sortir du lit. Sans réfléchir, j’attrapai un sac et une de nos valises. D’un geste ferme, je fis signe à mon épouse d’être silencieuse et de ne pas poser de question avant de dévaler avec elle à toutes vitesses les escaliers.

Je ne prenais plus garde au bruit, tout ce qui m’importait était de sortir le plus vite possible de ce bâtiment maudit.

Au rez-de-chaussée, la porte fit preuve de quelques résistances mais je finis par l’ouvrir d’un coup sec. Nous nous engouffrâmes dans la voiture avant de démarrer en trombe sur l’allée de gravier. Les pins se balançaient doucement au son des grillons sous le regard complice des étoiles, donnant à notre fuite un absurde aspect surréaliste.

Ce n’est que lorsque le soleil pointa ses premiers rayons et que nous eûmes mis plusieurs dizaines de kilomètres entre nous et le Mas des Cévennes que je me permis de souffler et de répondre à la légitime curiosité de ma femme.

Alors je lui expliquai les bruits, les nouveaux tableaux et, surtout, les nouveaux mannequins que j’avais entraperçut dans le noir. Deux adultes et deux enfants coiffés de casquettes de baseball. L’un des mannequins adultes portait une chemise bleue avec des fleurs jaunes et des palmiers que j’aurai reconnue entre mille.

Nous restâmes un long moment silencieux. Puis ma femme éclata de rire.
– Bon, on lui met combien d’étoiles sur AirBnB ?

Je lui souris, rasséréné par son regard et par le soleil du matin.

Mais je ne pouvais détacher mes yeux de la main qui avait touché le tableau fraichement terminé. Elle était poisseuse de ce qui était indubitablement du sang.

 

Chaumont-Gistoux, le 14 octobre 2016. Photo par Marcus Spiske.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Payer pour des services sur Internet ? Vraiment ?

Fri, 28 Oct 2016 07:36:43 +0000 - (source)
cats2

Nous allons de plus en plus payer ce que nous utilisons. Et c’est, au fond, une excellente chose…

Dans « Vers la fin de la publicité », j’expliquais le caractère destructeur des services gratuits financés par la publicité. Car la publicité n’a de sens que si, à un moment ou un autre, nous achetons des services payants. Au plus les services tenteront de se financer par la publicité, au moins il y aura de services payants et au moins la publicité sera rentable. D’ailleurs, à la surprise générale, la publicité s’avère en effet beaucoup moins rentable qu’initialement espérée.

Comme le souligne Cory Doctorow, même la publicité ciblée s’avère très peu rentable et la seule solution pour des géants comme Facebook ou Google afin de justifier le prix de leurs emplacements publicitaires est de rendre le ciblage de plus en plus efficace et intrusif.

Selon moi, le modèle publicitaire est appelé à se cantonner à quelques acteurs géants. Les « petits » vont soit disparaître soit devenir complètement dépendants de ces géants.

La perversion du modèle publicitaire

Malheureusement, de nombreux services sont dans une dynamique “publicitaire”. Les créateurs de contenus, les plateformes et même les services gratuits qui n’affichent pas (encore) de publicité. Exemple frappant : les startups qui cherchent à capter le plus possible d’utilisateurs sans réfléchir au business model.

cat1

Des milliers de services sont ainsi offerts gratuitement et sans publicité, financés uniquement par les investisseurs. Le résultat ? Soit une faillite pure et simple du service, soit un modèle publicitaire soudain, comme Medium, soit un rachat par une plus grosse structure qui n’a que faire du service mais veut intégrer l’équipe et ses talents à son personnel. On parle alors de « acqui-hire ».

Dans le cas de Medium, cela signifie qu’il faut désormais considérer tout contenu sur Medium comme étant potentiellement une publicité déguisée (native advertising).

Pour les acqui-hire, citons Mailbox, un service de mail et Sunrise, un calendrier en ligne. Deux services que je trouvais absolument géniaux et qui se sont fait racheter avant d’être définitivement coupés. Moralité : un service gratuit n’offre aucune garantie de continuité.

Il ne reste donc plus qu’une solution, une solution considérée comme indigne d’Internet : faire payer l’utilisateur.

La main au portefeuille

Finalement, rien de plus logique ! Si on trouve un service utile, nécessaire et qu’on veut s’assurer une certaine pérennité, il faut mettre la main au portefeuille. Cette simple constatation m’a poussé à prendre un abonnement payant pour le service Pocket alors que mon compte gratuit me suffisait amplement.

C’est un basculement qui est en train de se faire sur le web, non sans douleur. Le cas le plus marquant chez les géants est certainement Evernote, qui, après des années à tester des business models alternatifs (comme vendre des sacs à dos et des carnets de notes) a soudainement augmenté ses tarifs tout en se séparant d’une bonne partie de son personnel.

Les utilisateurs grondent, les blogs posts se multiplient pour présenter des alternatives gratuites. Mais le fait est là, indéniable. Désormais, il va falloir payer ce qu’on aime.

Le cas de Newton

Un exemple que je trouve emblématique est celui de CloudMagic/Newton, service d’email et calendrier, car je vois justement ce service comme un remplaçant possible des défunts Mailbox et Sunrise.

Au départ, CloudMagic était une application mail comme il en existe tant d’autre. Une interface à votre compte Gmail ou Outlook. Cette interface offrait certaines fonctionnalités payantes. L’utilisateur payait une seule fois pour activer une fonctionnalité particulière, un modèle très courant dans le monde des apps et popularisé par les App Store.

Récemment, CloudMagic s’est renommé Newton et est passé au tarif assez important de 50$ par an.

50$ par an uniquement pour avoir une interface mail. À ce prix là, les mails ne sont même pas hébergés, ils restent chez Google, Microsoft ou tout autre serveur. Payer 50$ par an pour une simple interface mail me semblait une hérésie alors qu’un compte Protonmail qui héberge et sécurise vos emails coûte le même prix.

newton-mail

Exemple de fonctionnalités de Newton

Poussé par la curiosité, j’ai contacté les développeurs de Newton pour en savoir un peu plus. Leur réponse est assez candide : vu le travail qu’ils fournissent et le coût que leur engendre l’infrastructure, un tarif de 1$ par semaine leur semble tout à fait honnête. Ils soulignent également l’hérésie du « one-time payment » imposé par l’appstore. Cela rend le développement de l’application impossible sur le long terme à moins de sortir des nouvelles versions payantes tous les ans, ce qui oblige à généralement maintenir deux versions et fait râler les utilisateurs qui viennent d’acheter une ancienne version lorsque la nouvelle sort.

Mais, sans étonnement, la nouvelle du modèle payant a été très mal perçue par les utilisateurs de CloudMagic qui se sentent pris en otage. À tel point que l’équipe de Newton a dû se fendre d’un mail explicatif soulignant que les seules alternatives au modèle payant sont la publicité et la vente des données utilisateurs à des services publicitaires, modèles qu’ils souhaitent éviter.

Sachant qu’en utilisant Newton, vous leur confiez le mot de passe de vos emails, mieux vaut avoir confiance ! Payer me semble donc une condition nécessaire pour établir une relation de confiance (mais pas suffisante).

La conclusion est simple : si vous ne payez pas un service que vous utilisez, c’est que vous en êtes le produit. Facebook vient immédiatement à l’esprit ! Google, par contre semble sentir le vent tourner. Le géant dispose en effet d’une version payante sans pub de son service mail (Google App) et lance une version payante de Youtube qui permet de retirer les pubs et de rétribuer les créateurs de contenu (Youtube Red) .

L’inéluctabilité du modèle payant ?

Les utilisateurs ne sont pas près à payer pour un service ? Et bien, il faut désormais vous y faire : soit votre service va disparaître, soit il va être bardé de publicités et revendre vos données, soit il va devenir payant. Les services très populaires seront les moins chers mais les services plus spécifiques se concentreront sur un petit nombre de clients qui paieront un abonnement important.

L’exemple de Newton (que j’ai vécu à l’identique avec le service Postach.io) démontre l’immaturité à la fois des utilisateurs, qui ne veulent pas payer, et des créateurs de service, pensant naïvement que les utilisateurs vont payer n’importe quel prix choisi au hasard. Et comme je le démontre dans « Quelle est la valeur de votre temps de cerveau », les pubs coûtent énormément à l’utilisateur mais ne reversent qu’une infime aumône au service.

cats3

Au final, je trouve la perspective de payer pour ce qu’on utilise très saine. Cela devrait permettre l’éclosion de services plus petits, plus locaux, plus spécialisés et moins orientés sur la croissance à tout prix.

C’est d’ailleurs, je pense, une superbe occasion de promouvoir le prix libre. Un concept que les développeurs de Newton n’ont même pas envisagé car ils ne le connaissaient pas. Le prix de 50$ par an a été, ils le reconnaissent, choisi un peu au pifomètre en espérant trouver un équilibre entre les coûts réels et ce que les utilisateurs sont prêts à payer. Alors, pourquoi ne pas laisser les utilisateurs le fixer ?

L’alternative du prix libre

Le prix libre serait-il un moyen de conscientiser les utilisateurs ? Je l’espère. Contrairement à l’abonnement fixe, il est également plus juste. Un tarif fixe peut être raisonnable dans un pays et outrancier dans un autre. Enfin, le prix libre est également un bel indicateur de la qualité de votre service. On pourrait même imaginer un abonnement libre à un prix suggéré et de proposer de l’augmenter avec chaque nouvelle fonctionnalité.

Après tout, est-ce que tout ceux qui soutiennent ma page Tipeee ne sont-ils pas en train de payer pour la pérennité d’un service que je leur rends et qu’ils trouvent utile ? Wikipédia et toute la Framagalaxie ne sont-ils pas justement des services à prix libre qui camouflent leur prix libre sous l’appellation « don » ?

L’exemple de Framasoft est pour moi particulièrement éclairant : une panoplie de services gratuits financés par des campagnes de dons ponctuelles. Le tout avec une éthique notable et malheureusement trop rare : code open source uniquement et garantie de la confidentialité de vos données. Dernier exemple en date de leur campagne pour « dégoogliser Internet » ? Une alternative à Evernote, justement.

cloud

La mission de Framasoft illustrée par Gee.

Et si au lieu d’un don ponctuel ou annuel à Wikipédia, à Framasoft, JCFrog ou même à ce blog, nous pensions ces dépenses comme un abonnement annuel à prix libre pour des services utiles ? Un abonnement pour dire « J’aime ce que vous faites et ça m’est utile, continuez ! ».

Au fond, c’est ce que devrait être toute dépense que nous faisons, sans exception. Une manière de dire « J’aime ce que vous faites ». Vu comme ça, acheter un concombre dans une grande surface et faire le plein d’essence chez Total deviennent soudainement des actes moralement difficiles…

 

Précision : lors de nos échanges par mail, les développeurs de Newton m’ont spontanément offert un abonnement à vie à leur service, sans que je leur ai demandé. C’était complètement inattendu mais je les remercie. J’ai également reçu la possibilité d’offrir 3 abonnements d’un an aux lecteurs qui m’en feront la demande.

Les photos sont issues d’une action citoyenne crowdfundée sur Kickstarter visant à remplacer toutes les publicités d’une station de métro londonienne par des photos de chat.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


L’inlassable quête de rivages

Fri, 21 Oct 2016 08:59:26 +0000 - (source)
3351237320_0b1bbf2846_b

D’un coup sec, j’enfonce le clou dans la planche vermoulue. Avec un bruit mat, le marteau s’écrase sur le bois, éclaboussant l’obscurité d’un remugle de saumure.

Du bout des doigts, je caresse l’intérieur de la coque, explorant les sillons, les mousses et les algues se frayant un passage à travers les planches.

— Tu n’en as plus pour longtemps, murmuré-je à l’intention du Corsaire.

Dans la pénombre, un long craquement mélancolique me répond. Je souris d’une silencieuse tristesse avant d’être interrompu par le claquement joyeux des bottes résonnant au dessus de ma tête.

Traversant la cale, enjambant par réflexe les éléments de charpente, je me dirige vers l’échelle.

— Oh camarades ! Que nous vaut ce brouhaha, m’exclamé-je ?
— Regarde, Petit père ! Regarde ! Il s’approche, il nous accoste !

Mais face à l’azur adamantin, mes pupilles chthoniennes clignent, se froissent et capitulent. Je ne suis qu’une escarbille embrasée dans l’éclatante blancheur de l’air libre.

— Qui nous accoste ?
— L’Espérance ! Les voilà !

Un choc sourd fait trembler la coque, immédiatement suivi d’une clameur de joie. Des voix nouvelles m’envahissent, des rythmes de pas inconnus se font entendre, des odeurs de vies assaillent mes narines.

— Bravo ! Bienvenue ! Vie l’Espérance ! Vive le Corsaire.

On s’embrasse dans les coursives, on se roule dans les cabestans, on rit, on chante, on mélange les odeurs et on danse au son de l’onde.

Je devine l’approche du contremaître qui, d’un coup sec, arrache la bâche sur notre pont et dévoile la carcasse que nous étions en train de construire. Je sens sa fierté jaillir par tous les pores de sa peau alors qu’il entonne le discours traditionnel.

— Camarades ! Nous, marins du Corsaire, avons construit une carcasse qui nous succédera et continuera notre inlassable quête de rivages. Cependant, il nous manque la coque. Nous avons les mâts, apporterez-vous les voiles ?
— Camarades ! répond une voix nouvelle, feutrée, profonde, chargée d’embruns. Nous, marins de l’Espérance, avons tissé des voiles et avons en suffisance des planches pour réaliser une coque.
— Comment appellerons-nous ce fier navire qui portera vos voiles sur nos mâts ?
— Le Bienvenue !

Comme un seul homme, les deux équipages se lèvent et entonnent un chant fait de vivas, de battements de pieds et d’applaudissements.

Je souris à cet ouranien univers avant de replonger vers le fond de cale afin d’annoncer la nouvelle au Corsaire.

C’est un fameux voyage que le Corsaire et l’Espérance vivent côte-à-côte. Souvent, j’entends la coque de l’Espérance râper un peu plus profondément les planches déjà moisies du Corsaire. J’ai beau l’enduire de goudron, le colmater d’étoupe, il râle, souffle et craque.

— Petit père ! Petit père ! Viens donc voir le Bienvenue !

Une main jeune et ferme me guide sur le pont, mêlant de lumineuses effluves d’épice à la douceur ligneuse du sapin frais.

— Attention Petit père ! Il y a des trous. Nous avons utilisé les planches pour le Bienvenue.
— Attention Petit père, le cordage a été coupé et placé dans le Bienvenue.

Que de changements ! Que de transformations ! Le Corsaire est-il donc désossé ?

— Le Bienvenue me semble si petit. Pourra-t-il emporter beaucoup de monde ?
— Tu sais, Petit père, nous l’agrandirons durant le voyage. Alors, certes, nous serons serrés au début. Mais, très vite, nous prendrons nos aises ! Et puis, le voyage ne sera plus long. Nous sommes convaincus que le Bienvenue accostera !
— Accoster…

Je pousse un profond soupir et adresse à cette jeune voix pleine d’énergie ma plus belle larme de sourire.

— Camarades, il est temps de mettre le Bienvenue à l’eau ! Hardi ! Ho Hisse ! Ho Hisse !

Une éclaboussure d’écume me trempe de son vibrant fracas. Par toutes les écoutilles jaillit la joie et la clameur. Une main s’accroche à mon paletot défraîchi.

— Tu embarques Petit père ?

J’hésite. Je déglutis.

— Non. Je reste sur le Corsaire.
— Mais n’as-tu pas dit qu’il n’en avait plus pour très longtemps ?
— Je sais, mais c’est encore suffisamment longtemps pour moi.
— Mais nous avons utilisé ses planches, ses cordages, ses poulies. Il ne peut plus naviguer.
— Il naviguera bien assez pour moi.
— Es-tu sûr Petit père ?
— Oui, certainement.
— Alors, larguez les amarres !

Les voix et les rires se font soudainement lointaines.

— Bonne chance Petit père ! Merci !
— Bon voyage Bienvenue ! Bons rivages !

Pendant de longues minutes, de longues heures, je continue à agiter la main en direction du Bienvenue. Je sais qu’il ne me voient plus mais j’ai l’intime conviction de les sentir, que mon adieu est nécessaire, pertinent.

À pleins poumons, je respire cet air silencieux dans lequel le Corsaire s’est encalminé.

Me guidant prudemment sur les restes dépecés de rambardes, enjambant les outils oubliés et les planches arrachées, je retourne paisiblement vers la confortable moiteur de la cale.

— Dis-moi Corsaire, tu crois qu’ils vont aborder ? Tu crois qu’ils ont une chance de trouver un rivage ?

Le bruit sec d’une planche qui casse me fait sursauter.

— Ou peut-être pourront-ils construire un bateau qui, lui atteindra le rivage ?

Des doigts, je frôle une concrétion marine tandis que l’odeur de la mer me pénètre.

— Le rivage existe-t-il vraiment ? N’est-il pas une invention, une chimère ?

Mes sabots se remplissent d’une eau clapotante, mes doigts s’engourdissent.

— Au fond, cela a-t-il la moindre importance ?

Un grincement humide suivi d’un craquement bref. Le Corsaire se penche brusquement au point de me faire chanceler.

— Au fond Corsaire… Au fond j’ai toujours voulu savoir… Au fond, nous allons…

 

Mont-Saint-Guibert, le 2 décembre 2015. Photo par Peter Kurdulija.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Elon Musk est-il un voyageur du futur ?

Fri, 14 Oct 2016 12:56:49 +0000 - (source)
17453042434_7c012b60f2_k

Je viens de terminer un livre qui m’a convaincu qu’Elon Musk, le célèbre CEO de Tesla et SpaceX, est un voyageur du futur perdu dans notre époque. Que ses actions nous révèlent ce qu’il connaît de notre avenir immédiat.

Le résumé du livre

Alors qu’il se ballade tranquillement dans la rue, un homme sans histoire se retrouve brutalement ramené 1400 ans dans le passé.

Grâce à sa culture générale, il arrive à comprendre ce qui lui est arrivé et à se débrouiller dans la langue de l’époque. Préoccupé par sa survie immédiate, il va tout d’abord monter une petite affaire en utilisant ses connaissances du futur. Un produit basique, facile à réaliser qui rencontre immédiatement le succès.

Cette petite réussite permet à notre voyageur temporel de lancer d’autres entreprises. Il sait que, d’ici quelques années, le monde va connaître de grands bouleversements et tomber pour plus d’un millénaire dans un âge sombre de ténèbres, de misère, de famine et de maladie. Un millénaire dont il faudra plusieurs siècles pour s’extraire.

En tentant d’apporter le plus d’innovations possibles, notre héros va chercher à préserver l’humanité de ces ténèbres. Sans répit, sans relâche, il crée des entreprises qu’il doit toutes diriger lui-même, les artisans et les travailleurs de l’époque n’étant souvent tout simplement pas capable de suivre ses instructions à la lettre ou s’évertuant à en tirer un petit profit personnel.

Il tente également d’alerter les intellectuels sur l’imminence de la catastrophe mais elle semble bien lointaine ou irréaliste à toute une population qui trouve bien plus important de se perdre en arguties théologiques ou à comploter pour obtenir un ersatz de pouvoir déliquescent.

Souvent incompris, traité comme un fou mais respecté pour ses succès économiques, notre infatigable voyageur temporel ne prendra même plus le temps de dormir, tentera vainement d’avoir une vie amoureuse mais sera à chaque fois rattrapé par l’urgence absolue de tout tenter pour protéger l’humanité. Il aura à lutter contre l’incrédulité et les croyances absurdes d’un peuple confondant modernité et décadence.

Une coïncidence troublante

Écrit juste avant la seconde guerre mondiale par l’écrivain américain Lyon Sprague de Camp, « De peur que les ténèbres » nous fait suivre Martin Padway, jeune archéologue qui est, dès la seconde page, transporté au VIème siècle dans les derniers jours de l’empire romain.

Fin connaisseur de l’histoire, il va tenter de conjurer l’inéluctable chute de l’empire en tentant des actions à court terme, afin d’éviter les erreurs les plus flagrantes, et des actions à long terme, par l’introduction de technologies comme les chiffres arabes, le sémaphore, l’imprimerie et la presse écrite. À court terme, il cherche à éviter que l’Italie tombe dans le chaos. À long terme, il souhaite éviter l’obscurantisme religieux et l’ignorance qui mènera à un millénaire de misère.

Hormis son caractère de classique de la SF des années 30 et de précurseur de l’uchronie, « De peur que les ténèbres » n’a rien de transcendant. Si ce n’est le particulièrement troublant parallèle que je n’ai pu me retenir de faire avec la vie d’Elon Musk, fondateur de Tesla et de SpaceX.

Tout comme Martin Padway, Elon Musk semble pris par une frénésie d’entreprises, d’innovations. Rien n’est jamais assez bien à son goût et il supervise la plupart des développements importants. Tout comme Martin Padway, Elon Musk ne semble pas attiré par l’argent ou la réussite. À chaque succès, il réinvestit absolument tout dans une nouvelle aventure. Il y’a chez Elon Musk, comme chez Martin Padway, une urgence vitale, obsessionnelle.

Chaque entreprise est considérée comme folle, vouée à l’échec. Pourtant, elles finissent souvent, mais pas toujours, par se révéler des succès même si ce n’est pas immédiat.

Elon Musk serait-il, comme Martin Padway, un voyageur temporel ? Est-il un homme parfaitement banal né en 3400 ? Par sa culture générale, il sait alors que l’humanité s’apprête à vivre une catastrophe.

Cette catastrophe initiale est l’invasion de l’Italie par le général romain Bélissaire pour Martin Padway et la crise du réchauffement climatique pour Elon Musk. Cela expliquerait cette urgence de développer Tesla et Solar City. De faire sortir l’humanité du pétrole en quelques années et non en quelques générations. Car chaque mois compte dans cette course contre la montre afin de prévenir la destruction inéluctable de la planète.

Un période sombre pour l’humanité

Nos voyageurs temporels sont également convaincus que l’humanité va connaître un millénaire de disette et de misère. Pour Martin Padway, la religion et l’ignorance seront les principaux responsables de ce moyen-âge. Il introduit donc l’imprimerie, le télégraphe, les chiffres arabes, la gravitation, l’héliocentrisme. Des innovations qui devraient permettre de conjurer les ténèbres sur le long terme.

Elon Musk, lui, introduit OpenAI dont le but est d’encadrer la recherche sur l’intelligence artificielle afin de s’assurer que celle-ci ne soit pas néfaste pour l’humanité. La crainte d’une intelligence artificielle partagée par de nombreux intellectuels dont le physicien Stephen Hawking.

Si les deux hommes semblent avoir sacrifié leur sommeil et une vie amoureuse normale, ils ont néanmoins leur point faible, leur petit plaisir qui sera banal à leur époque mais est strictement impossible dans le passé où ils ont été projetés. Martin Padway veut lancer la construction de bateaux capables de rejoindre les Amériques afin de ramener du tabac. Elon Musk a lancé SpaceX afin d’aller sur Mars. Mais à quelle fin ?

Les enseignements du futur

Si l’on accepte  l’idée qu’Elon Musk soit bel et bien un voyageur du futur égaré dans notre époque, ses actions nous apprennent beaucoup sur notre avenir. Et ce n’est pas particulièrement réjouissant.

Tout d’abord, le réchauffement climatique et la consommation de pétrole vont créer très rapidement une catastrophe importante. La bonne nouvelle c’est qu’il est sans doute encore possible de l’éviter ou de la limiter mais il faut agir tout de suite. Tout comme Martin Padway, Elon Musk fait face à un déni bâti sur l’immobilisme, l’idiotie et la superstition.

En deuxième lieu, les intelligences artificielles vont asservir les humains et leur faire connaître une période terriblement difficile. La bonne nouvelle c’est que les humains vont survivre, au moins assez longtemps pour nous envoyer Elon Musk. Mais il serait sage de prendre au sérieux les avertissements sur le sujet.

Le troisième enseignement c’est qu’en 3400, il est relativement facile d’aller sur Mars et, visiblement, cela en vaut la peine. Enfin une bonne nouvelle !

Finalement, il paraît évident que pour un individu du 35ème siècle nous sommes tous des arriérés superstitieux et obtus, incapables d’avoir une compréhension globale du monde. Malgré tous les efforts que le voyageur temporel fait pour nous sauver de nous mêmes et de nos ridicules guerres religieuses ou nationalistes, nous nous évertuons à nous croire invincibles et à ne pas voir plus loin que le bout de notre nez.

Au fond, l’enseignement immédiat que nous pouvons tirer de la connaissance du futur d’Elon Musk c’est que le réchauffement climatique et les intelligences artificielles non-contrôlées sont des problèmes graves à régler bien plus rapidement que de savoir qui fait partie de quel pays et quel livre sacré est le meilleur.

Peut-être que tout ceci n’est qu’une coïncidence et qu’Elon Musk ne vient pas du futur.

Mais voulons-nous vraiment prendre ce risque ? Que pensez-vous que penseront les humains de l’an 3400 de nos actions, de nos comportements quotidiens et de notre immobilisme ?

 

Photo par Thierry Ehrmann.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter, Medium et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.


Powered by VroumVroumBlog 0.1.32 - RSS Feed
Download config articles